Montpellier : quatre policiers blessés lors du "Karnaval des gueux" interdit par la préfecture

Plus de 200 individus ont participé à la fête anarco-libertaire. Cinq d'entre eux ont été interpellés.

Quatre policiers ont été blessés, le 13 février 2018, lors du \"Karnaval des gueux\" qui s\'est tenu malgré une interdiction préfectorale à Montpellier (Hérault). 
Quatre policiers ont été blessés, le 13 février 2018, lors du "Karnaval des gueux" qui s'est tenu malgré une interdiction préfectorale à Montpellier (Hérault).  (GOOGLE MAPS)

Quatre policiers ont été blessés, mardi 13 février, lors du "Karnaval des gueux" de Montpellier (Hérault). Plus de 200 individus ont pris part à cette fête anarco-libertaire, qui s'est tenue malgré une interdiction préfectorale. Un des policiers a été grièvement blessé au visage et "a dû faire l'objet d'une prise en charge médicale urgente", a indiqué la préfecture.

Les participants étaient "masqués et fortement alcoolisés, armés de projectiles (pierres, tessons de bouteille, etc.) et porteurs de fusées et de fumigènes", selon la préfecture du département. Ils ont défilé dans les rues de Montpellier, dégradant des panneaux publicitaires, du mobilier urbain et des voitures. Cinq d'entre eux ont été interpellés.

Un défilé qui était interdit

Dans un communiqué, le préfet de l'Hérault "encourage les victimes de dégradations à porter plainte". Il avait pris lundi un arrêté d'interdiction du défilé devenu, selon lui, "l'occasion pour des fauteurs de trouble de s'en prendre aux commerces et établissements de Montpellier et d'agresser des particuliers et les représentants de la force publique".

"Depuis plusieurs années, des débordements récurrents sont constatés lors de cette manifestation", souligne la préfecture. Selon les services de l'Etat, en 2017, "des comportements d'une rare violence et prémédités, avec des cocktails Molotov (...), ont fait plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre et conduit à des dégradations importantes sur des commerces du centre-ville".