Cet article date de plus de neuf ans.

Mise en examen du CHU d'Angers pour homicide involontaire

Trois ans après le décès d'une jeune femme de 27 ans après une intervention tardive des secours, le CHU d'Angers a été mis en examen jeudi pour homicide involontaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'époux de la jeune femme, Arnaud Blot, avait porté plainte contre la permanencière du Centre 15 qui avait pris en charge les appels d'urgences lors du malaise de sa femme le 9 avril 2009. Selon Le Courrier de l'Ouest, elle n'avait pas envoyé d'ambulances "à quatre reprises" alors que la jeune femme tentait de lui expliquer son état de santé alarmant au téléphone "pendant près de 40 minutes" .

Ce sont les pompiers qui l'avaient finalement prise en charge inconsciente, environ 50 minutes après le premier appel. Son décès par embolie pulomnaire fut ensuite constaté aux urgences.

Me Alain Fouquet, avocat du centre hospitalier, a indiqué à l'AFP qu'un rapport de l'inspection des services a "conclu à l'absence de la faute du CHU" affirmant que les démarches de secours ont été activées au bout de 20 minutes et que la permanencière avait dû faire face "à une situation particulière de coupures répétées du téléphone" .

L'avocat d'Arnaud Blot, Me Pascal Rouiller a affirmé que cette dernière n'avait pas passé la communication au médecin régulateur et accuse une "culture de service où le nombre d'appels traités par les médecins régulateurs est ridicule" .

Pour l'époux de la jeune femme, "c'est aussi et surtout l'organisation ccomplètement défaillante des urgences qui est en cause" .

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.