VIDEO. "Le choc" en Haute-Vienne après un meurtre dans un centre éducatif

Sept mineurs ont été placés en garde à vue, après la découverte du corps d'un veilleur de nuit, tué à coups de couteau, dans le centre éducatif de formation professionnelle de Magnac-Laval.

FRANCK PETIT ET KARL CONSTABLE - FRANCE 3 LIMOUSIN

Un corps a été découvert, dans la nuit de vendredi à samedi 11 janvier, dans le centre éducatif de formation professionnelle (CEFP) de Magnac-Laval (Haute-Vienne). Celui d'un veilleur de nuit, âgé d'une soixantaine d'années. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, gisait "dans une mare de sang", laissant penser au procureur de la République de Limoges, Michel Garrandaux, à un "acharnement".

Sept mineurs ont été placés en garde à vue, "parce qu'ils étaient présents sur le site" au moment des faits, a expliqué le directeur de l'établisement Lilian Dejos. Il se dit choqué par ce fait divers qui touche le CEFP du Vieux collège. Un établissement qui accueille 60 mineurs garçons de 12 à 21 ans, en grande difficulté sur les plans familial, social et scolaire, confiés par les services de l'Aide sociale à l'enfance de Paris et de la couronne parisienne.

L'arme du crime n'a toujours pas été retrouvée. Des plongeurs ont fouillé la rivière qui traverse le village à sa recherche. "Toutes les hypothèses de travail sont ouvertes", précise le procureur. "Celle d'une agression à l'intérieur de l'établissement, comme celle d'une agression en provenance de l'extérieur".

Sept mineurs ont été placés en garde à vue après la découverte du corps d\'un veilleur de nuit, tué à coups de couteau, dans un centre éducatif de formation professionnelle (CEFP) de Magnac-Laval (Haute-Vienne), le 11 janvier 2014.
Sept mineurs ont été placés en garde à vue après la découverte du corps d'un veilleur de nuit, tué à coups de couteau, dans un centre éducatif de formation professionnelle (CEFP) de Magnac-Laval (Haute-Vienne), le 11 janvier 2014. (PASCAL LACHENAUD / AFP)