Meurtre de Mireille Knoll : la marche blanche gâchée

Des milliers de personnes se sont rassemblés ce mercredi 28 mars à Paris pour dire non à l'antisémitisme après le meurtre de Mireille Knoll. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont été pris à partie.

France 3

Certains sont venus une rose à la main pour défiler en silence ce mercredi soir. Une marche en mémoire de Mireille Knoll, 85 ans, rescapée de la Shoah et assassinée à son domicile vendredi 23 mars. La justice a reconnu le caractère antisémite de son meurtre. "Je suis très très en colère, je suis très triste, parce qu'il y a eu tellement de choses déjà sur cette communauté juive", s'indigne une manifestante.

Le Pen et Mélenchon chahutés

Plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux élus de toutes sensibilités, ont répondu à l'appel du Crif. "Nous sommes là, tous ensemble, pour dire non à l'antisémitisme, exprimer notre rejet de ce cancer, de ce cancer qui gangrène la société française", explique Francis Kalifat, président du Crif. Mais le rassemblement a été émaillé d'incidents. Le Crif s'était opposé à la venue de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Ils sont quand même venus et ont été hués. Les deux leaders ont finalement été exfiltrés du cortège. Le gouvernement avait appelé à la communion nationale. Gérard Collomb regrette ces divisions. La marche s'est terminée par un instant de recueillement devant le domicile de Mireille Knoll.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Luc Mélenchon, dans le cortège en mémoire de Mireille Knoll, à Paris, le 28 mars 2018. 
Jean-Luc Mélenchon, dans le cortège en mémoire de Mireille Knoll, à Paris, le 28 mars 2018.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)