VIDEO. Valls : un groupe d'extrême droite est "au cœur de cet assassinat"

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu sur le lieu de l'agression de Clément Méric, le jeune militant d'extrême gauche dans un état désespéré, après une bagarre avec des skinheads.

Voir la vidéo
France 2

Manuel Valls s'est rendu sur le lieu de l'agression de Clément Méric, jeudi 6 juin, à Paris. Le ministre de l'Intérieur a pris la parole dans le quartier de la gare Saint-Lazare, là où le jeune militant d'extrême gauche a été battu à mort au cours d'une bagarre avec des skinheads, la veille au soir. Le ministre a estimé qu'un groupe d'extrême droite "était au cœur de l'assassinat".

Interrogé sur un éventuel lien avec les manifestations contre le mariage des homosexuels, le ministre a appelé à "se méfier de tout amalgame" et "à ne pas céder à la violence". "Nous devons être prudents quant aux circonstances", a-t-il déclaré, évoquant "a priori une rencontre fortuite" entre les protagonistes de la bagarre.

"Je ne suis pas là pour polémiquer sur le plan politique", a-t-il répondu à une question sur les liens des groupuscules d'extrême droite avec le Front national. "Ce sont nos valeurs et le pacte républicain qui sont en cause. Il n'y a pas de place pour les groupuscules d'extrême droite qui ont pour ennemi la République, il n'y a pas de place pour la violence politique", a martelé le ministre. "Il y a parfois un discours qui favorise les passages à l'acte, il faut que nous y prêtions attention", a insisté Manuel Valls.

Le ministre de l\'Intérieur, Manuel Valls, le 6 juin 2013 sur le lieu de l\'agression de Clément Méric, dans le quartier de la gare Saint-Lazare, à Paris.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 6 juin 2013 sur le lieu de l'agression de Clément Méric, dans le quartier de la gare Saint-Lazare, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)