Meurtre d'Angélique : la femme de David Ramault va se constituer partie civile, annonce son avocat

Me Hervé Corbanesi, l'avocat de la la femme du suspect du meurtre d'Angélique Six, a confié mercredi sur franceinfo que sa cliente "vit un véritable calvaire". "C’est une femme qui est complètement détruite", a-t-il indiqué, ajoutant qu'"elle est obligée" de quitter la ville et la région. 

Lors de la marche blanche en hommage à Angélique Six, le 1er mai 2018 à Wambrechies. 
Lors de la marche blanche en hommage à Angélique Six, le 1er mai 2018 à Wambrechies.  (PHILIPPE PAUCHET / MAXPPP)

La femme de David Ramault, le meurtrier présumé d’Angélique Six, a porté plainte pour vandalisme après des dégradations commises contre le domicile du couple. Elle dit également avoir été la cible de menaces et d’insultes. Sur franceinfo, son avocat, Me Hervé Corbanesi, a expliqué qu'elle n’avait vu "aucun signe avant-coureur" aux actes de son époux.

franceinfo : Quels sont les faits précis que vous dénoncez dans cette plainte ?

Hervé Corbanesi : Nous dénonçons des faits de vandalisme, on a caillassé les fenêtres. Et puis, vu, l’emballement médiatique autour de cette affaire, certaines personnes ont réussi à entrer sur le compte Facebook de ce monsieur [David Ramault] et à prendre des photos des enfants qui ont circulé sur le net, avec ce qu’on imagine, des annotations faites sous ces photos. On a réussi à enlever ces photos du net, mais le mal est fait.

Dans quel état est votre cliente ?

C’est une femme qui est complètement détruite, comme on peut l’imaginer, qui vit un véritable calvaire, qui a tout perdu en une fraction de seconde. Qui rétrospectivement se dit qu’elle a vécu avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas. C’était un couple normal qui vivait dans la normalité, bien intégré socialement. Après plus de 20 ans de vie commune, elle ne comprend pas, elle est complètement abasourdie. Elle n’avait vu aucun signe avant-coureur.

C’est une victime collatérale de cette affaire selon vous ?

C’est le mot, et c’est d’ailleurs l’objet de la constitution de partie civile que nous allons déposer. Elle se retrouve du jour au lendemain sans maison, elle doit vivre dans la clandestinité, elle a pris le maquis social, elle ne peut même plus mettre les enfants à l’école compte tenu des faits que nous connaissons tous et qui sont sur la place publique compte tenu de la conférence de presse qu’a donnée le premier magistrat du parquet de Lille en début de semaine. La maison a été placée sous scellées judiciaires, elle n’a eu que quelques minutes pour récupérer un minimum d’affaires. Voilà les conditions de vie de cette femme aujourd’hui.

Va-t-elle quitter la ville et la région ?

Elle est obligée. Vous savez quand elle est venue au cabinet hier [lundi] matin, les premiers propos qu’elle a tenus ont été à l’endroit des parents d’Angélique. En me disant : "Vous savez, maître, je suis une maman, et je ne sais pas où je serais aujourd’hui si l’un de mes enfants avait subi un tel calvaire".

Hervé Corbanesi, avocat de l'épouse de David Ramault : "C'est une femme complètement détruite"
--'--
--'--