Calais : le meurtrier présumé de Chloé "n'avait pas de limites"

On en sait un peu plus sur le profil de ce Polonais de 38 ans, meurtrier présumé de Chloé. France 2 revient sur cette affaire.

FRANCE 2

Mis en garde à vue dès mercredi 15 avril, le meurtrier présumé de la petite Chloé a reconnu les faits dès les premières auditions. Sbigniew Huminski, est un habitué des tribunaux et de la prison. Il venait d'ailleurs d'être condamné en Pologne, à la fin du mois de mars, à un an de prison ferme pour des cambriolages. Il lui restait encore quelques jours pour se constituer prisonnier. Mercredi 15 avril, il fuit la Pologne en direction de Calais (Pas-de-Calais) où il enlève Chloé, neuf ans, quelques heures plus tard.

Un geste prévisible

C'est dans cette ville déjà qu'en 2009, il avait violemment agressé une personne âgée. "J'ai mal au coeur parce que j'avais mis à la fin (...) 'la récidive est fort probable avec un potentiel de violence non négligeable' comme il n'avait pas de limites. Et le pronostic d'une réadaptation restait très aléatoire, voire illusoire, s'emporte Christian Soenen, le psychologue qui l'avait rencontré à l'époque. Je me dis, mais c'était prédictible ! On le savait que c'était quelqu'un de dangereux". "Je n’ai pas le souvenir de quelqu'un qui s'est repenti à l'audience, c'est quelqu'un qui restait calme et froid", ajoute Me Philippe Joos, avocat des parties civiles à l'époque.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une personne tient un portrait de Chloé, tuée à Calais (Pas-de-Calais), lors d\'une marche en hommage à la petite fille, le 16 avril 2015.
Une personne tient un portrait de Chloé, tuée à Calais (Pas-de-Calais), lors d'une marche en hommage à la petite fille, le 16 avril 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)