Meurtres dans la Drôme et en Ardèche : "Cela fait déjà un certain temps que nous tirons la sonnette d'alarme" sur les conditions de travail, affirme un syndicat

Il faut, des actes forts pour apaiser la situation dans les agences, affirme sur franceinfo Vincent Kerlouegan, délégué syndical du SNU-Pôle Emploi-FSU.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'agence Pôle Emploi Victor Hugo à Valence (Drôme), le 28 janvier 2021. (WILLY MOREAU / RADIO FRANCE)

Toutes les agences Pôle emploi du pays seront fermées au public vendredi 29 janvier après le meurtre d'une conseillère tuée par balle ce jeudi matin dans son agence de Valence (Drôme) par un homme de 45 ans qui a également tué une DRH d'une entreprise qui se situait à proximité. "C'est un moment dramatique, un moment de grande émotion, d'incrédulité, mais aussi de crainte", a réagi sur franceinfo Vincent Kerlouegan, délégué syndical du SNU-Pôle Emploi-FSU. Une minute de silence sera également observée vendredi.

>> DIRECT. Meurtres dans la Drôme et en Ardèche : "Le suspect n'était pas inscrit dans l'agence et on pense qu'il ne connaissait pas cette agent", affirme le procureur de Valence

Le métier de conseiller Pôle emploi est devenu au fil du temps de plus en plus difficile d'après le délégué syndical. "La pandémie, les confinements et la crise sociale qui suit cette crise sanitaire n'arrange pas les choses, mais cela fait déjà un certain temps que nous tirons la sonnette d'alarme", a-t-il affirmé. Avant de préciser : "Depuis 2013, quand un demandeur d'emploi s'était immolé à Sainte-Luce-sur-Loire."

"Nous alertons sur les manques de moyens criants accordés au service public de l'emploi à Pôle emploi."

Vincent Kerlouegan, délégué syndical du SNU-Pôle Emploi-FSU

à franceinfo

Selon le délégué syndical, les "différents réformes économiques et sociales entraînent quelque part une plus grande misère sociale et peut avoir des impacts sur notre travail au quotidien." Il faut, des actes forts pour apaiser la situation dans les agences. "Nous demandons que l'on arrête de supprimer des postes à Pôle emploi parce qu'aujourd'hui, nous sommes dans une politique qui met de plus en plus les demandeurs d'emploi, et même les entreprises, éloignés des conseillers, et pour répondre à leurs demandes, nous impose d'utiliser de plus en plus les moyens dématérialisés, alors que nous travaillons dans un domaine où le contact humain est le plus important", affirme Vincent Kerlouegan.

Il a indiqué des informations pratiques concernant la journée de vendredi. "Tout ce qui est accueil physique est fermé, donc les agences sont fermées, mais pour les personnes qui ont des besoins, ils peuvent toujours nous contacter par téléphone au 39 49", a précisé le syndicaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.