Cet article date de plus de neuf ans.

Meurtre de la joggeuse à Nîmes : le suspect confondu par son ADN

Le suspect, britannique, correspond aux signalements recueillis par les enquêteurs ; il a aussi été confondu par des objets retrouvés sur les lieux. La dernière confirmation, implacable, est venue de son ADN. Selon le procureur adjoint, l'homme "ne nie pas tout en bloc, mais il ne reconnaît pas tout".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le suspect, en garde à vue depuis la nuit dernière, serait donc le bon. Ce Britannique, âgé de 32 ans, vit à 300 mètres du lieu du crime. Les policiers, lors de leur enquête de proximité, ont remarqué que l'homme présentait des blessures aux mains, des blessures compatibles avec des griffures de ronces.

Il y a eu aussi les signalements, recueillis par les enquêteurs. Bref, tout un faisceau de présomptions... confirmées, donc, par un test ADN. L'ADN du suspect, explique le parquet, a été retrouvé sur des objets découverts sur les lieux du meurtre.

Placé en garde à vue la nuit dernière, l'homme n'a pas fait d'aveux. "Ile ne nie pas tout en bloc, mais il ne reconnaît pas tout" , selon les mots du procureur-adjoint. Qui a bon espoir d'avancer, dans les heures qui viennent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.