Meurtre d'Adrien Perez : la famille du jeune homme déplore la récupération politique de Génération identitaire

"Il ne faudrait pas que le beau visage d'Adrien devienne, pour certains, l'étendard de la haine", estime l'avocat de la famille du jeune homme tué le 29 juillet.

Une centaine de militants de \"Génération identitaire\" ont manifesté samedi 11 août à Grenoble pour réclamer \"justice pour Adrien\".
Une centaine de militants de "Génération identitaire" ont manifesté samedi 11 août à Grenoble pour réclamer "justice pour Adrien". (NICOLAS JOLY / RADIO FRANCE)

Une centaine de militants du groupe d'extrême droite "Génération identitaire" a manifesté samedi 11 août en fin de matinée, devant le palais de justice de Grenoble, pour réclamer "justice pour Adrien", mortellement poignardé le 29 juillet à la sortie d'une boîte de nuit de Meylan près de Grenoble, rapporte France Bleu Isère. Sur l'une des banderoles des identitaires, on pouvait lire : "Génération anti-racaille".

Maître Dreyfus, l'avocat des parents du jeune homme, dénonce une tentative de récupération politique : "J'ai eu la famille d'Adrien au téléphone ce samedi après-midi, qui était extrêmement choquée, qui n'a pas voulu - depuis qu'elle s'est exprimée - la moindre récupération politique quelle qu'elle soit."

"Il ne faudrait pas que le beau visage d'Adrien devienne, pour certains, l'étendard de la haine et l'étendard réducteur d'une réflexion qui n'est en tout cas pas celle de cette famille. Voilà ce qu'ils souhaitaient - par mon intermédiaire - exprimer ce samedi soir", poursuit l'avocat.

Les identitaires déjà présents à la marche blanche

"Malheureusement, ce type de manifestation ne fait que raviver leur souffrance et ne semble pas aller dans le sens de la justice, de la sérénité et de l'équilibre, ces valeurs fondamentales auxquelles je suis attaché et cette famille avec", conclut-il.

Lors de la marche blanche, mercredi 7 août, à Grenoble, les identitaires étaient déjà venus déposer une gerbe dans le parc où s'était achevé le rassemblement des amis de la victime.

Concernant l'enquête sur la mort d'Adrien, deux frères ont été mis en examen, l'un pour meurtre, l'autre pour tentative de meurtre.