Marseille : neuf supporters de l'OM et trois supporters du PAOK interpellés après des heurts

Des heurts sont survenus dans la nuit de mardi à mercredi avant le match quart de finale de la Ligue Europa Conférence entre l'OM et les Grecs du PAOK Salonique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un supporter de l'OM interpellé pour violences sur un CRS, le 6 avril 2022, après le match OM-PAOK Salonique (illustration). (FRANÇOIS VENTÉJOU / RADIO FRANCE)

Cinq supporters de l'Olympique de Marseille ont été arrêtés jeudi 7 avril au soir, avant le quart de finale de la Ligue Europa Conférence contre le PAOK Salonique, selon la préfecture des Bouches-du-Rhône : quatre d'entre eux pour tentative d'introduction de fumigène et le dernier pour jet de projectile sur un bus. Un peu plus tôt dans la soirée, quatre personnes avaient déjà été interpellées aux abords du stade Vélodrome. Il s'agit de trois supporters marseillais, arrêtés pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et d'un supporter grec pour tentative d'introduction de fumigène, rapporte la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Un supporter de l'Olympique de Marseille avait déjà été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi pour des soupçons de violences sur un CRS à Marseille, selon une source policière à franceinfo. Deux supporters du PAOK Salonique, présentés comme "des casseurs grecs" par la préfecture des Bouches-du-Rhône, ont également été interpellés, jeudi. Ces arrestations ont eu lieu alors que les forces de l'ordre sont intervenues à trois reprises pendant la nuit pour empêcher des affrontements entre, au total, 200 supporters marseillais et 500 supportes grecs du club de football du PAOK Salonique.

À 19 heures mercredi, les supporters grecs sont arrivés à leur hôtel, escortés par les forces de l'ordre, qui ont dû disperser des supporters marseillais qui les attendaient devant l'établissement. Les Grecs ont été escortés jusqu'à l'hôtel et sont restés à l'intérieur mais "certains supporters grecs ont tenté de sortir de l'hôtel pour en découdre et ont été bloqués à l'intérieur, où ils ont commis des dégradations", précisait la préfecture des Bouches-du-Rhône dans un communiqué mercredi soir.

Les supporters grecs ont enfreint l'interdiction de venir à Marseille

À 23 heures, d'autres supporters grecs sont arrivés à un autre hôtel, à bord de trois bus. Les véhicules ont été visés par des jets de fumigènes et des tirs de mortiers d'artifice, selon une source policière. Les forces de l'ordre ont utilisé des grenades lacrymogènes pour les disperser. Quelques minutes plus tard, la scène se reproduit dans Marseille : des supporters de l'OM essayent de s'en prendre à des supporters grecs, ils sont aussi dispersés par les forces de l'ordre.

La préfecture des Bouches-du-Rhône expliquait jeudi que les supporters grecs avaient enfreint l'interdiction de venir à Marseille qui avait été convenue avec le PAOK. Les supporters grecs interpellés "auront à s'expliquer devant la justice française", écrit la préfecture dans un tweet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.