Cet article date de plus d'un an.

Marseille : un adolescent torturé par des dealers pour avoir voulu vendre de la drogue par lui-même

La victime a été frappée à plusieurs reprises avant d'être brûlée au chalumeau. Les auteurs sont recherchés par la police. Une enquête a été ouverte pour actes de torture et de barbarie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cité Félix-Piat, à Marseille. (SOLLIER CYRIL / MAXPPP)

Un adolescent de 16 ans a été torturé par des dealers dans une cave de la cité Félix-Piat située dans le 3e arrondissement de Marseille, a appris franceinfo de sources proches du dossier, confirmant une information du journal La Provence. La victime a été frappée à plusieurs reprises avant d'être brulée au chalumeau. Les auteurs sont recherchés par la police. Une enquête a été ouverte pour actes de torture et de barbarie.

L'adolescent est originaire de Chartres (Eure-et-Loir). C'est dans cette ville qu'il avait été placé en foyer. Mais il y a quelques jours, il s'en est enfui. Il a alors pris la direction de Marseille avec l'intention d'aller y revendre de la drogue. Sur place, il est tout d'abord interpellé dans une cité du 14e arrondissement par la police pour avoir vendu des produits stupéfiants. Après sa garde à vue, il est relâché.

Brûlé au bras et aux parties génitales

Peu de temps après, l'adolescent tente de nouveau d'écouler de la drogue, mais désormais dans le 3e arrondissement, cité Félix-Pyat. Là encore le jeune homme semble agir pour son propre compte. Mais la démarche ne plait pas aux dealers locaux qui lui mettent la main dessus.

L'adolescent est alors séquestré dans une cave, les yeux bandés. Il est frappé à plusieurs reprises. Les tortionnaires se servent même d'un chalumeau pour brûler les bras et les parties génitales du jeune homme. Souffrant de brûlures au 3e degré, l'adolescent est ensuite libéré. Un automobiliste le récupère et le transporte jusqu'à l'hôpital européen de Marseille. Ce vendredi il est toujours hospitalisé. La victime a pu être interrogée par la police judiciaire de Marseille à qui l'enquête a été confiée. Il n'y a pas eu d'interpellation pour le moment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.