Marseille : l'IHU du professeur Didier Raoult perquisitionné plusieurs heures dans le cadre d'une enquête financière

Ces perquisitions s'inscrivent dans le cadre d'une enquête ouverte en 2019 sur des liens financiers entre l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée et l’Institut de recherche pour le développement (IRD), sans lien avec le Covid

Article rédigé par
avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'IHU Méditerranée à Marseille, en septembre 2020. (YANNICK NEVE / LE PICTORIUM / MAXPPP)

Les enquêteurs ont effectué des perquisitions lundi 14 juin à l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée du professeur Didier Raoult et à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), a appris franceinfo auprès du parquet de Marseille. Ces perquisitions n'ont pas de lien avec la crise sanitaire du Covid-19 puisqu'elles ont été menées dans le cadre d'une enquête préliminaire "visant l’IRD dans ses liens financiers avec l'IHU ". 

Cette enquête avait été ouverte après un signalement de l’agence française anti-corruption en 2019. En 2018 déjà, le site d'informations Marsactu avait révélé les soupçons de l'agence française anti-corruption autour d'un présumé conflit d'intérêt entre l'ex-PDG de l'IRD et son épouse, présidente de l'IHU, portant sur plusieurs conventions entre les deux institutions scientifiques et notamment la location de bureaux de l'IHU à l'IRD.

Plusieurs heures de perquisition

Cette enquête s'interesse aussi à "l’emploi de fonds publics pour des dépenses sans lien avec les missions de l’IRD ou non justifiées", a précisé le parquet. L'enquête avait été ouverte après un signalement de l’agence française anti-corruption en 2019. L'IRD est un établissement public à caractère scientifique et technologique.

Selon France Bleu Provence, une dizaine de policiers ont été mobilisés pour cette perquisition qui a commencé à 9h et qui s'est terminée en début d'après-midi. Ils étaient "accompagnés d'un procureur de la République", selon une source judiciaire à France Bleu. Les enquêteurs sont notamment passés dans les bureaux de l'IHU, "au 4e étage", selon une source.

Plusieurs plaintes déposées



Dans une autre affaire, le directeur général de l'IHU Didier Raoult, critiqué pour son usage controversé de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 et mis en cause par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône, a déposé plusieurs plaintes contre des experts qui remettaient en cause sa probité scientifique. Le parquet de Marseille a notamment ouvert une enquête à la suite d'une de ses plaintes à l'encontre de la spécialiste de l'intégrité scientifique Elisabeth Bik.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.