Cet article date de plus de six ans.

Marseille : du parachutage de colis à la prison des Baumettes

Les syndicats de surveillants de prison s’inquiètent lundi des colis en tout genre lancés dans la prison marseillaise depuis l'extérieur. Le phénomène n’est pas nouveau mais il a pris de l’ampleur ces derniers jours.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les gardiens des Baumettes( ici en 2012) s'inquiètent des colis lancés dans la cour © Maxppp)

Ce n’est pas la vétusté de la prison marseillaise, ni la surpopulation carcérale qui mobilise ce lundi les syndicats de gardiens, mais le nombre de paquets lancés à l'intérieur des Baumettes. Pour la seule journée de dimanche, une cinquantaine de colis a atterri dans la cour de promenade. Ils auraient été lancés depuis le chantier d’agrandissement du bâtiment pénitentiaire.

Un chantier à côté comme piste de lancement

Selon David Cucchietti, du syndicat CGT des gardiens, le chantier d’extension de la prison sert de rampe de lancement des colis :

"Des jeunes s’introduisent en sprintant avant de lancer le colis de l’autre côté dans la cour de promenade."

Le chantier est pourtant contrôlé mais, selon le syndicat, un seul vigile d’une société de sécurité privée assure la surveillance.

 (La prison des Baumettes, ici en 2012, est en cours de rénovation © Maxppp)

Ce wee-kend, quelques-uns seulement des colis lancés ont été récupérés par des surveillants. Les gardiens ont saisi dans ces paquets "des matraques, des couteaux, des téléphones portables et de la drogue ". Les autres colis ont bien vite disparu, disent les syndicats : "En général, à peine arrivés, les colis, à peine arrivés dans la cour, sont très vite remontés aux fenêtres, rendant les fouilles sur place caduque ." Autrement dit, leur contenu a été vite relancé dans les cellules ou bien remonté à l'aide de cordages improvisés.

Le secrétaire régional du Syndicat pénitentiaire des syndicats non gradés (SPS), Cyril Antolin, explique que les gardiens voient les colis remonter dans les cellules avec des "yoyos".

"Sous nos yeux, on les voit déballer les colis et les lancer dans les cellules" (Cyril Antonin, SPS)
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 

Les syndicats demandent des équipes renforcées

La direction interrégionale de l’administration pénitentiaire n’a pas souhaité communiquer sur ce parachutage des colis en recrudescence, mais selon les syndicats, le directeur connaît parfaitement le problème puisqu’il a "assisté en direct " à une projection de paquets, lors d’une visite toute récente aux Baumettes, le 17 juillet.

Un gardiennage du chantier a alors été obtenu, mais selon les gardiens de la prison, la preuve d’une surveillance insuffisante a été donnée ce week-end. Les syndicats demandent manitenant des équipes renforcées pour intervenir dans la cour, en cas de nouveaux lancers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.