Cet article date de plus de neuf ans.

Marseille : alerte enlèvement levée, le bébé sain et sauf, une femme reconnaît les faits

Lancée en début de matinée après la disparition d'un bébé dans une maternité de Marseille, l'alerte enlèvement a été levée peu après 11h. Une femme a été interpellée et placée en garde à vue, annonce le parquet de Marseille. Le bébé est sain et sauf.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Pascal Pochard Maxppp)

La femme arrêtée et placée en garde à vue vers 10h50 a reconnu les faits, annonce le parquet. L'enfant a été retrouvé sain et sauf, et rendu à ses parents après avoir été examiné aux urgences pédiatriques.

Le petit Zaccharia, né vendredi, avait été enlevé lundi soir entre 22h et minuit alors qu'il dormait au côté de sa maman, une jeune femme de 28 ans. Les premiers témoignages avaient orienté les enquêteurs sur la piste d'une femme de 25-30 ans, d'origine maghrébine comme le bébé, au comportement suspect relevé dans la soirée dans les couloirs de la maternité. Témoignages corroborés par les images des caméras de vidéosurveillance de la maternité.

"Des personnes ont appelé les services de police pour dire que leur fille était chez eux avec un nouveau-né"

L'alerte enlèvement avait été déclenchée en tout début de matinée. Peu après, un couple habitant dans le XIIIe arrondissement de Marseille a appelé les services de police pour dire que leur fille était chez eux avec un nouveau-né. Ils avaient récupéré leur fille dans la nuit avec le bébé, aux abords de l'hôpital.
 
Le nourrisson était enveloppé dans un drap rose de la maternité et portait encore le bracelet d'identification de l'hôpital, selon une source proche de l'enquête.

La jeune femme, sans doute "une mère en mal d'enfant",  selon le procureur Jacques Dallest, est en garde à vue pour séquestration d'enfant. Elle a reconnu les faits. L'alerte enlèvement a été levée peu après 11h. La procédure judiciaire se poursuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.