Magnanville : "un acte incontestablement terroriste" pour François Hollande

Le président de la République a qualifié d'"acte incontestablement terroriste", le meurtre d'un couple de policier lundi soir à Magnanville (Yvelines). Même réaction ou presque pour Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur.

(François Hollande à la sortie de la réunion de crise à l'Elysée, ce mardi matin © REUTERS/Philippe Wojazer)

"C'est un acte incontestablement terroriste" a dénoncé mardi matin le chef de l'Etat François Hollande, après le meurtre d'un couple de policiers lundi soir à Magnanville dans les Yvelines. Le suspect, abattu par les policiers, avait été condamné en 2013, à Paris, dans le cadre d'une enquête sur une filière terroriste vers l'Afghanistan et le Pakistan.

"La France est confrontée à une menace terroriste de très grande importance. Le risque est partout très élevé." François Hollande

"C'est un acte terroriste à la fois parce que son auteur, qui a été neutralisé par les forces de sécurité, avait voulu lui-même voulu que son acte puisse être reconnu comme terroriste, et l'organisation dont il se réclamait a elle aussi revendiqué l'acte" , a expliqué François Hollande dans un discours à l'OCDE. 

"Un acte terroriste abject" pour Bernard Cazeneuve

"Un acte terroriste abject a été commis hier à Magnanville de la part d'un individu qui s'en est pris à un commandant de police et à sa compagne, elle-même fonctionnaire dans un commissariat du département des Yvelines ", a réagi Bernard Cazeneuve quelques minutes plus tôt sur le perron de l'Elysée. 

A LIRE AUSSI ►►► Magnanville : le suspect déjà condamné pour participation à une filière djihadiste

Le ministre de l'Intérieur venait d'assister à une réunion de crise en présence de François Hollande, du garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, et du Premier ministre, Manuel Valls. Bernard Cazeneuve n'a pas donné de nouvelles indications sur l'enquête afin de ne pas nuire "aux investigations qui se poursuivent".

C'est le procureur de la République qui s'exprimera sur l'enquête en cours, a-t-il ajouté. En revanche, il a indiqué que "plus de cent individus représentant une menace pour la sécurité des Français" ont été "arrêtés depuis le début d'année 2016".

Le ministre de l'Intérieur qui s'est ensuite rendu au commissariat des Mureaux où travaillait le policier de 42 ans. "J'ai eu l'occasion d'exprimer aux policiers notre immense tristesse, toute notre compassion et de leur dire toute la solidarité de la République. Je leur ai aussi exprimé mon immense gratitude" , a expliqué le ministre de l'Intérieur sur France Info à la sortie du commissariat.

 

Mardi, en fin de matinée, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé, dans un communiqué, que "les drapeaux de tous les édifices de son ministère à partir de 12h ce jour,  en mémoire du couple de policiers assassiné hier à Magnanville, dans les Yvelines. Les drapeaux resteront en berne pendant trois jours ajoute le ministère. 

Par ailleurs, une minute de silence sera observée mercredi à 12h dans tous les services du ministère de l'Intérieur et un message du ministre sera lu à cette occasion, précise le communiqué de la place Beauveau.