Cet article date de plus de six ans.

Loire-Atlantique : une jeune femme de 18 ans séquestrée sur un balcon parvient à s'échapper grâce à un drap

La jeune femme, frappée et enfermée sur le balcon d'un appartement du 9e étage d'un immeuble de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), a réussi à fuir en nouant un drap à la rambarde, a rapporté lundi France Bleu Loire Océan.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Saint-Herblain (Loire-Atlantique). (GOOGLE MAPS)

Une jeune femme de 18 ans, séquestrée depuis 36 heures sur le balcon d'un appartement situé au 9e étage d'un immeuble de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), a réussi à s'échapper samedi dans l'après-midi en nouant un drap pour descendre se réfugier chez la voisine du dessous, a rapporté lundi 26 mars France Bleu Loire Océan. Son petit ami a été placé en garde à vue.

La victime couverte de coups

La jeune femme, qui avait le corps et le visage couverts de coups, a 30 jours d'incapacité totale de travail (ITT). En couple depuis 10 mois, elle a été frappée avec une tringle et un câble de branchement de fer à repasser, a eu la main plongée dans de l'huile bouillante et le crâne en partie rasé.

Son petit ami est soupçonné de s'être fait passer pour elle sur les réseaux sociaux et d'avoir brisé son téléphone portable pour l'empêcher d'appeler les secours. En garde à vue, l'homme âgé de 24 ans, a reconnu une partie des faits, mais dit ne plus avoir de souvenirs depuis une soirée alcoolisée qui a eu lieu jeudi soir.

En situation irrégulière, il est déjà connu des services de police. Il devait être jugé en comparution immédiate mardi. Mais le tribunal a estimé que la gravité des faits était telle qu'ils pourraient être requalifiés en séquestration avec actes de torture et barbarie et passibles d'une cour d'assises. Un juge d'instruction a été désigner pour enquêter sur ces violence. Le prévenu reste en détention provisoire. Il a adressé des excuses d'une voix faible à la victime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.