Les policiers autorisés à porter leur arme même hors service

Les policiers seront autorisés à conserver leur arme de service, même en dehors du travail, tant que durera l'état d'urgence, a annoncé la direction de la police ce jeudi, confirmant une information de France Inter hier soir.

(Une note de la police nationale autorise les fonctionnaires à conserver sur eux leurs armes de service. © Maxppp)

La mesure était réclamée par les principaux syndicats reçus à l'Elysée il y a trois semaines. Les policiers qui le souhaitent pourront porter leur arme en dehors de leurs heures de service pendant l'état d'urgence, qui devrait être prolongé de trois mois après la série d'attaques meurtrières à Paris et à Saint-Denis, a annoncé jeudi le porte-parole de la police nationale sur BFM TV, confirmant une information donnée hier soir par France Inter. Les policiers volontaires pourront le faire "pour leur permettre de se protéger voire de protéger bien évidemment la population quand ils sont hors service dans des lieux publics qu'on peut tous imaginer ", a dit Jérôme Bonnet.  

Une autorisation sous conditions

Cette autorisation se fait malgré tout sous conditions. Il faudra porter un brassard de police pour pouvoir être repéré pour éviter les confusions avec d'autres policiers en service. Les fonctionnaires devront aussi avoir fait au minimum une séance de tir règlementaire et avoir avisé leur hiérarchie. Une note de la Direction générale de la police nationale (DGPN) précisant les modalités d'usage de ces armes de service devrait être envoyée aujourd'hui à l'ensemble des services. Pour Frédéric Lagache du syndicat de policiers Alliance, cette mesure est, "vu la menace qui existe aujourd'hui dans notre pays ", indispensable. "Nous avons besoin de policiers armés, même hors service, pour assurer la sécurité de nos concitoyens et la sécurité des policiers eux-mêmes ", a-t-il déclaré sur France Info, tout en insistant sur le "manque cruel de moyens " de la police. 

Frédéric Lagache, du syndicat de police Alliance : "Nous manquons cruellement de moyens"
--'--
--'--
 

 Un comité technique exceptionnel sera réuni le 30 novembre prochain pour valider ce changement d'emploi des armes de service.