Cet article date de plus de six ans.

Un braquage tourne à la fusillade dans le métro parisien

Au moins une personne a été blessée selon RTL et France info, samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police près de la station Grands boulevards à Paris, où a eu lieu une fusillade après un braquage, le 19 juillet 2014. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

La RATP a évacué les usagers du métro parisien, samedi 19 juillet après une fusillade à la station Grands Boulevards, selon RTL. La radio raconte qu'il "s'agit d'un braquage d'un comptoir de vente de monnaies anciennes qui a mal tourné". 

Vers 14h30, le suspect tente de braquer un numismate dans la rue Vivienne, près de la place de la Bourse dans le 2e arrondissement de la capitale."En rentrant de mon déjeuner j'ai ouvert la porte et j'ai vu un homme dans le reflet de la vitre", raconte à Claude Burgan, la victime, gérant d'un magasin de numismatique. Selon son récit, il reçoit une fois au sol plusieurs coups de crosse sur le crâne, mais parvient à enfermer son agresseur dans la boutique.

Échange de tirs dans la rame de métro

Le braqueur réussi cependant, en tirant sur la vitrine, à s'échapper avec 100 000 euros de pièces d'or. Il prend ensuite le métro à la station Grands Boulevards. Une équipe de policiers sur place repère à ce moment-là le suspect et le prend en chasse dans le métro. "Le malfaiteur a sorti son arme dans la rame", raconte un témoin, choqué qui poursuit : "Il a commencé à tirer et les policiers ont riposté. Ça a bombardé, [...] au moins une vingtaine de coups de feu."

 

Selon Christophe Crépin, délégué syndical UNSA Police, le suspect a tiré "un certain nombre de fois" "au moment où il entrait dans la rame" et les policiers ont répliqué "par trois fois en état de légitime défense", le blessant au bras. Son pronostic vital n'est pas engagé. Hospitalisé, le suspect était déjà connu des services de police pour des faits de vols à main armée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.