Cet article date de plus de huit ans.

Le maire du Mont-Saint-Michel sera jugé pour prise illégale d'intérêts

Éric Vannier, le maire du Mont-Saint-Michel, comparaîtra le 30 janvier prochain pour prise illégale d'intérêts. Son prédécesseur l'accuse d'avoir modifié le départ des navettes du Mont-Saint-Michel pour favoriser ses activités commerciales. L'élu possède en effet plusieurs hôtels et restaurants sur l'îlot rocheux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Renaud Gaudeul, procureur du parquet de Coutances s'est prononcé vendredi : le maire du Mont-Saint-Michel, Éric Vannier, est poursuivi pour prise illégale d'intérêts dans l'affaire des navettes de la "Merveille de l'Occident". Le procureur a notamment pris en compte, à l'issue de l'enquête de la section de recherches (SR) de la gendarmerie de Caen ouverte en février, " des éléments sérieux qui justifient que cette affaire soit soumise au tribunal correctionnel "

L'élu, maire du Mont-Saint-Michel depuis 1983, comparaîtra le 30 janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Coutances.

Des intérêts commerciaux

Propriétaire de restaurants et d'hôtels, ce dernier serait intervenu directement sur le trajet des navettes et aurait choisi un point de départ situé au centre de ses intérêts commerciaux.

Éric Vannier avait alors été placé en garde à vue le 13 février dernier pour être entendu sur les conditions qui ont conduit le Syndicat mixte d'aménagement du Mont-Saint-Michel à choisir le lieu dit la Caserne du nord, où ses établissements sont installés comme point de départ.

Le maire assurait à l'époque avoir fait l'objet d'une plainte abusive.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.