Le clan Hornec au cœur d'un réseau mafieux d'enfouissement de déchets

La police a démantelé un réseau qui enterrait des résidus parfois toxiques dans des terres agricoles. Deux personnes, dont la figure du grand banditisme Jean-Claude Hornec, ont été écrouées.

Mario et Jean-Claude Hornec, figures du grand banditisme, lors de leur procès pour trafic de cocaïne, en 2009, au palais de justice de Paris.
Mario et Jean-Claude Hornec, figures du grand banditisme, lors de leur procès pour trafic de cocaïne, en 2009, au palais de justice de Paris. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Ils proposaient leurs services à des sociétés de BTP, puis se débarrassaient des résidus parfois toxiques en toute illégalité dans des terres agricoles. Un réseau d'enfouissement illégal a été démantelé cette semaine par la police. Deux personnes, dont la figure du grand banditisme parisien Jean-Claude Hornec, ont été mises en examen et écrouées vendredi 7 mars. Le fils de ce dernier, Loune, a également été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. 

L'enquête a permis d'interpeller douze personnes, dont cinq ont été déférées devant la justice. Parmi elles, Jean-Claude Hornec, 60 ans, et le gérant de la société RTR Groupe Environnement ont été placés en détention provisoire après leur mise en examen pour "extorsion de fonds en bande organisée", "association de malfaiteurs en vue de commettre un crime" et "dépôts illégaux de déchets". Ils encourent 30 ans de prison.

Comment fonctionnait la fraude ?

Les malfaiteurs profitaient de la loi qui oblige les entreprises de BTP à faire recycler leurs déchets dangereux. Ils proposaient de s'en charger, mais au lieu de les traiter, leur société enfouissait ces résidus, parfois contaminés par de l'amiante. Leur cachette se trouvait sur des terres agricoles de la Plaine de France, à l'est de Paris.

Au passage, des agriculteurs étaient menacés ou piégés par des prêts à des taux très élevés, forcés en contrepartie de laisser les malfaiteurs creuser leurs terres pour y enfouir leurs déchets non-recyclables. Les truands se sont sans doute inspirés de l'Italie, où des entreprises ont longtemps préféré verser des petites sommes à la mafia locale, la Camorra, pour qu'elle se débarrasse de leurs déchets.

Que sait-on de la famille Hornec ?

Le clan Hornec n'est pas inconnu des services de police. Cette famille de gitans sédentarisés à Montreuil (Seine-Saint-Denis) est soupçonnée depuis longtemps de contrôler la mafia parisienne. Braquages, racket, trafic de drogue... le clan a été impliqué ces dernières années dans de nombreuses affaires, comme le montre ce portrait dressé par Libération. Jean-Claude Hornec et son frère Mario ont d'ailleurs été condamné en 2009 pour trafic de cocaïne, rappelle Le Parisien.

Les neuf mois d'enquête menés par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis a révélé le train de vie luxueux de la famille Hornec. Palaces, voitures, jet privé en Corse, cercles de jeu, les Hornec menaient la grande vie, parfois aux frais de la principale société cliente de RTR Groupe Environnement.