Cet article date de plus de douze ans.

La police répond à sa mise en cause par Amnesty international

Article rédigé par Grégoire Lecalot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

La direction générale de la police a répondu cet après-midi au rapport annuel d'Amnesty international qui l'accuse de pratiquer des violences systématiques et dénonce des "bavures" mortelles. "La police nationale, c'est l'administration française la plus contrôlée ", plaide Pascal Garibian, porte-parole de la direction générale de la police nationale (DGPN). Il souligne que l'IGPN et IGS, les "polices des polices" prennent 3.000 sanctions par an à l'encontre de policiers.

Sur les cinq cas de morts inexpliquées entre les mains de la police en 2010 qu'Amnesty soulève dans son rapport (lire notre article), Pascal Garibian oppose que "les différentes affaires soulevées font l'objet d'une instruction judiciaire et il est impossible pour notre institution de communiquer sur le fond ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.