La plaque en mémoire d'Ilan Halimi retrouvée brisée à Bagneux

La plaque en verre en mémoire du jeune juif français Ilan Halimi, torturé puis tué par le gang des barbares en 2006 à Bagneux dans les Hauts-de-Seine, a été retrouvée brisée samedi. Il pourrait s'agir d'un acte de vandalisme.

(Ilan Halimi, ici sur une photo tenue par sa mère, a été torturé et tué par le gang des barbares en 2006 © AP Photo/Benoit Tessier)

La maire de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, se dit "extrêmement choquée ". Samedi soir, la mairie est alertée par le mail d'un habitant que la plaque en mémoire d'Ilan Halimi, posée en 2011 au pied d'un chêne dans le parc Richelieu, en centre-ville, est brisée.

"Elle sera changée dès que possible lundi ", a indiqué la maire après avoir porté plainte au commissariat. Les policiers ont constaté que la plaque vitrée était cassée, et "penchent pour l'instant pour des jets de pierres ", a précisé Marie-Hélène Amiable. "Pour notre ville, c'est un symbole extrêmement fort ", a déclaré la maire de Bagneux, qui "pense fortement à un acte de vandalisme ", mais, très prudente, ne veut pas exclure "la chute d'une branche ou un ballon ". 

La maire de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, se dit attristée et en colère.
--'--
--'--

Réactions d'indignation

Une enquête a été ouverte pour dégradation volontaire. Mais les condamnations, si cet acte est effectivemement volontaire, ne  se sont pas faites attendre. "Vandaliser la plaque en mémoire d'Ilan Halimi, c'est abject. C'est vouloir le tuer une seconde fois", a notamment réagi le Premier ministre Manuel Valls sur Twitter. Toujours sur Twitter, où le hashtag #IlanHalimi était l'un des plus partagés dimanche, le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a exprimé sa "consternation". Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone a lui parlé d'"insulte" à la mémoire d'Ilan Halimi. "Détruire la plaque en hommage à #IlanHalimi est une honte. Honorons sa mémoire en redoublant de détermination face à l'antisémitisme", a pour sa part réagi le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a assuré de "sa détermination à ce que (...) toute la lumière soit faite" sur cette affaire. "Quelles que soient les causes de cette dégradation, (...) elle constitue un choc pour la famille et les proches d'Ilan Halimi", a-t-il souligné.

Ilan Halimi, jeune homme de confession juive âgé de 24 ans au moment de sa mort, avait été enlevé fin janvier 2006 en région parisienne par le "gang des barbares" dont le chef, Youssouf Fofana a été condamné depuis à la réclusion criminelle à perpétuité. Séquestré durant 24 jours à Bagneux, Ilan Halimi sera découvert agonisant, nu, bâillonné et menotté le 13 février près de la gare de Sainte-Genevière-des-Bois, dans l'Essonne. Il décèdera lors de son transfert à l'hôpital.