Cet article date de plus de neuf ans.

La mort d'un bijoutier après le braquage de sa boutique en Savoie

Quatre malfaiteurs ont braqué une bijouterie d'Albertville jeudi soir, peu avant la fermeture. Le commerçant, blessé par balles au thorax, est décédé dans la nuit. Il n'avait pourtant manifestement opposé aucune résistance. Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, s'est rendu sur place ce vendredi soir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Maxppp)

Trois hommes cagoulés ont fait irruption dans la bijouterie à quelques minutes de la fermeture, dans la principale rue commerçante d'Albertville, tandis qu'un quatrième attendait dans une voiture au dehors, selon le procureur de la République, Jean-Pierre Valensi. Ils ont alors braqué leurs fusils à canon scié sur le propriétaire et ses deux vendeuses, exigeant d'eux le contenu des vitrines et du coffre.

Ceux-ci n'ont apparemment pas opposé de résistance. Pourtant, l'un des malfaiteurs, dans la panique, a ouvert le feu et blessé mortellement le bijoutier de 54 ans au thorax. Ce n'est pas la première fois que ce commerçant se faisait braquer. Il avait d'ailleurs équipé sa boutique de systèmes de sécurité dernier cri.

Valls : "Des individus déterminés "

En début de soirée, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est rendu sur place pour y rencontrer les habitants et les commerçants. Le ministre s'est également adressé à la presse, assurant qu'il continuerait "à déployer des plans contre ces vols à main armée ". "Les gens sont choqués, ils ont peur, ils savent qu'il s'agit d'individus détérminés venus de loin après avoir volé une voiture ", a-t-il déclaré, avant une réunion avec les commerçants de la ville.

"Les malfaiteurs sont de plus en plus fébriles. Il n'y avait aucune raison de tuer cet homme-là"

D'après son entourage, ce commerçant s'inquiétait de la violence croissante des agressions dont il était victime. Violence que déplore également Jacques Morel, le référent sûreté de l'Union française de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie, et des pierres et perles : "Ces professions qui tournent autour de la bijouterie sont de plus en plus exposées et que les malfaiteurs sont de plus en plus fébriles, qu'ils ne savent pas garder leur sang-froid , analyse-t-il. Donc, soit des toxicomanes, soit des gens entre guillemets inexpérimentés ". Et de rappeler le décès d'un salarié d'une entreprise de fondeur d'or en décembre en plein Paris. 

Les quatre braqueurs ont réussi en tout cas à prendre la fuite à bord de leur voiture volée dans la Drôme. Un véhicule retrouvé incendié à la sortie d'Albertville. Depuis le décès du bijoutier dans la nuit à l'hôpital, ils sont recherchés pour homicide. On ignore le montant de leur butin. L'enquête a été confiée à l'antenne de la police judiciaire de Chambéry et à la sûreté départementale. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.