La garde à vue du bijoutier de la Marne prolongée

Une information judiciaire devrait être ouverte samedi matin.

Devanture de la bijouterie braquée à Sézanne (Marne), le 29 novembre 2013.
Devanture de la bijouterie braquée à Sézanne (Marne), le 29 novembre 2013. (ALAIN JULIEN / AFP)

Mise en examen ou classement sans suite ? La réponse attendra. La garde à vue du bijoutier qui a tué un braqueur récidiviste dans son commerce, à Sézanne (Marne), a été prolongée de 24 heures, a annoncé, vendredi 29 novembre, le procureur de Châlons-en-Champagne, Christian de Rocquigny. Ce dernier s'est dessaisi du dossier au profit du pôle de l'instruction de Reims, qui devrait ouvrir, samedi matin, une information judiciaire.

La justice cherche à déterminer si le bijoutier a agi en état de légitime défense. "Je doute que le commerçant soit incarcéré", a estimé le procureur. "Pour qu'il y ait légitime défense il faut que l'attaque soit injustifiée, que la riposte soit simultanée et proportionnée", a-t-il rappelé.

Le commerçant a tiré "à quatre reprises" avec un pistolet automatique sur un braqueur de 36 ans, condamné notamment deux fois pour "vol avec arme". Le bijoutier, qui avait "une autorisation préfectorale" pour ce pistolet, a tiré "alors que le malfaiteur tentait de se saisir de l'arme, lors d'un corps-à-corps", selon le procureur. Les déclarations du commerçant ont été confirmées par le visionnage de la caméra placée à l'intérieur de la boutique.