Meurtre d'un étudiant à Marseille : le suspect a été interné

Jérémie avait été agressé près de la gare Saint-Charles, vendredi. Il est mort des suites de ses blessures, dimanche.

Jérémie, 22 ans, a été agressé à l\'arme blanche dans la soirée du vendredi 9 août 2013, boulevard d\'Athènes, à Marseille (Bouches-du-Rhône). 
Jérémie, 22 ans, a été agressé à l'arme blanche dans la soirée du vendredi 9 août 2013, boulevard d'Athènes, à Marseille (Bouches-du-Rhône).  (MAXPPP)

Jérémie, le jeune homme de 22 ans poignardé vendredi à Marseille (Bouches-du-Rhône), "a succombé à ses blessures"Dimanche 11 août, en fin de matinée, "son cerveau ne fonctionnait plus" et il a été déclaré mort, selon le procureur-adjoint de la République de Marseille, Jean-Jacques Fagni. 

Le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'un suspect avait été interpellé, samedi soir entre 22h et 23h. Francetv info fait le point sur ce que l'on sait du drame. 

La victime : un jeune homme originaire des Vosges

Né à Epinal (Vosges), en 1991, Jérémie était étudiant à l'école de management Euromed. Il était en vacances chez des amis à Marseille, rapporte l'AFP. Originaire des Forges, une commune d'environ 1 800 habitants située en périphérie d'Épinal, Jérémie était le plus jeune d'une fratrie de trois enfants et a connu un parcours scolaire brillant, selon l'un de ses anciens instituteurs.

Dans plusieurs tweets, le directeur général d'Euromed, Bernard Belletante, a rendu hommage à Jérémie, "un étudiant engagé, droit, digne et heureux de vivre". Il avait demandé à effectuer une "année césure" dans un groupe hôtelier de luxe, "visant la carrière de manageur". 

Le suspect : un "déséquilibré"

"Il s'agit d'un SDF bien connu du quartier, né en 1972 et originaire de la Drôme", selon le procureur-adjoint de la République de Marseille. Il a été repéré "grâce aux images des caméras de vidéosurveillance". Le suspect aurait déjà été condamné plusieurs fois "à de petites peines pour divers délits de petite envergure (vols, stupéfiants, rébellion…)", la dernière condamnation remontant à 2003.

Selon le ministère de l'Intérieur, le meurtrier présumé est "manifestement et gravement déséquilibré". Il a fait l'objet d'un placement sous contrainte en milieu médical, son état ayant été jugé incompatible avec un placement en garde à vue.

Les circonstances : un vol de téléphone ? 

Vendredi soir, après avoir passé la soirée chez des proches dans le centre-ville, Jérémie se rend à pied en direction de la gare Saint-Charles, où il doit récupérer une amie. Il est victime d'une agression sur le chemin, boulevard d'Athènes (1er arrondissement). Il est retrouvé gisant dans son sang vers 23h30, blessé à la gorge à l'arme blanche.

Le vol de son téléphone portable, que les enquêteurs n'ont pas retrouvé, pourrait constituer l'un des mobiles de l'agression. Aucun témoin direct n'a assisté à l'agression, rendant l'enquête d'autant plus difficile. Toutefois, sur les caméras de vidéo-surveillance, "on ne voit pas la scène, on ne les voit jamais l'un en présence de l'autre", a précisé Jean-Jacques Fagni, soulignant qu'il était donc "très prématuré" de dire que ce quadragénaire était "le mis en cause".