DIRECT. Mort de Zyed et Bouna : des rassemblements en cours dans plusieurs villes de France

Le drame de Clichy-sous-Bois avait déclenché des émeutes dans les banlieues françaises en 2005.

Double portrait de Zyed (G.) et Bouna, morts en 2005, à Clichy-sous-Bois.
Double portrait de Zyed (G.) et Bouna, morts en 2005, à Clichy-sous-Bois. (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Dix ans que cette décision de justice était attendue dans l'affaire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le tribunal correctionnel de Rennes a relaxé, lundi 18 mai, les deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger envers les deux victimes décédées, Zyed Benna et Bouna Traoré. Pour le juge, les deux fonctionnaires n'ont jamais "eu conscience de l'existence d'un péril grave et imminent".

 Le drame de Clichy-sous-Bois a coûté la vie à ces deux jeunes dans un site EDF, en 2005, après une course-poursuite avec la police. Il avait déclenché trois semaines d'émeutes dans les banlieues françaises.

 Les policiers, après une enquête interne, n'avaient pas été sanctionnés. Pendant le procès, ils avaient même reçu le soutien de l'agent judiciaire de l'État. A l'issue des audiences, la relaxe avait été requise pour les deux policiers.

Des rassemblements sont en cours dans plusieurs villes, en cette fin de journée, pour dénoncer la relaxe des policiers, notamment à Bobigny, devant le Palais de Justice, à Toulouse et à Nantes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CLICHY

21h59 : La tension semble retomber à Bobigny, où les CRS ont chargé pour disperser des manifestants dénonçant la relaxe de deux policiers, dix ans après la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un journaliste de L'Express suit l'évolution de la situation.

21h40 : A Clichy-sous-bois, la relaxe des deux policiers dix ans après la mort de deux jeunes de la ville, Zyed et Bouna, ne fait pas plaisir. En 2005, le drame avait provoqué trois semaines d'émeutes en banlieue. Mais pas ce soir. Une journaliste du Monde est sur place.

21h13 : Les manifestants forcés a partir par le pont

21h11 : La manifestation a débuté dans le calme mais les esprits commencent à s'échauffer à Bobigny devant le palais de justice, après la relaxe accordée aux deux policiers, dix ans après la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un journaliste de L'Express tweete.

20h43 : A Toulouse aussi, des dizaines de personnes ont manifesté devant le palais de justice pour dénoncer la relaxe accordée aux deux policiers, dix ans après la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un journaliste le rapporte sur Twitter.

20h17 : Environ 200 personnes manifestent ce soir dans le calme à Bobigny devant le palais de justice pour dénoncer la relaxe accordée aux deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger, dix ans après la mort de deux jeunes, Zyed et Bouna, en 2005, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Un journaliste de Radio France est sur place.

19h26 : "De la peine, de la haine, on a tous les sentiments." Des habitants de Clichy-sous-Bois dénoncent la relaxe des deux policiers poursuivis après la mort en 2005 deZyed et Bouna.

(FRANCE 3)

17h15 : Après les réactions enthousiastes d'Eric Ciotti et Marion Maréchal-Le Pen, voici celles d'une partie de la gauche, qui regrette à mots plus ou moins couverts la relaxe des deux policiers.

16h35 : Si vous souhaitez comprendre, minute par minute, le déroulé des événements à Clichy-sous-Bois en 2005, lisez cet article de L'Obs. Deux adolescents, Zyed et Bouna, avaient trouvé la mort en fuyant la police, lors d'un contrôle où d'autres mineurs avaient été arrêtés.

16h19 : Peu de réactions politiques à la décision de justice qui innocente les policiers, dans l'affaire Zyed et Bouna. Eric Ciotti (UMP) et Marion Maréchal-Le-Pen (FN) se félicitent tout de même du jugement, sur Twitter.

15h55 : Notre journaliste Julie Rasplus est à Rennes, où les deux policiers poursuivis pour "non assistance à personne en danger" après la mort de Zyed et Bouna ont été relaxés.

15h24 : Pour comprendre la complexité de cette affaire, et remettre en perspective ce jugement, je vous conseille de lire cet article détaillé du Figaro, qui revient sur les conversations téléphoniques entre les policiers du commissariat de Livry-Gargan et ceux présents sur le terrain, à Clichy-sous-Bois.

15h24 : Dans cette affaire il est triste que deux ados soient morts mais il faut arrêter de taper sur la police qui n'avait fait que son travail.

15h24 : Oui, Zyed et Bouna sont bien morts pour rien. Mais par accident, en raison d'une décision très malheureuse qui ne peut que leur être imputée. Il n'y a pas d'autres responsables...

15h01 : Les réactions regrettant cette décision de justice sont nombreuses, sur Twitter. D'autres pointent l'équité de la justice dans cette affaire.

14h57 : Une question juridique se pose à présent : un appel est-il possible ? Selon les parties civiles, oui, mais au civil seulement. Selon la défense, non. "En l'état, je ne vois pas sur quoi les parties civiles peuvent faire appel", affirme un des avocats des policiers.

14h53 : A l'inverse, l'avocat des deux policiers, Daniel Merchat, salue "l'indépendance" de la justice. "Mes clients n'ont commis ni faute, ni erreur, ni délit. Ces neuf ans ont été neuf années de souffrances. Ils sont soulagés."

14h58 : "Je suis écœuré. Les policiers sont intouchables, ils ne sont jamais condamnés."




Le frère d'un des adolescents morts électrocuté en 2005 sur le site EDF de Clichy-sous-Bois livre quelques mots à la sortie de l'audience. Les deux policiers sont innocentés.







AFP

14h52 : "Il y a beaucoup d'intérêt porté à la psychologie des prévenus. Mais les familles aussi, elles existent."

14h51 : C'est une décision choquante pour les parties civiles. Après dix ans de travail, il n'y a rien dans ce jugement, pas un mot, qui ne reprenne la thèse des parties civiles que je continue d'appeler "victimes".




L'avocat des familles de Zyed et Bouna, qui parle "d'apartheid judiciaire", annonce son intention de faire appel et d'aller devant la Cour de cassation s'il le faut. "Le spectre de l'appel est réduit" : la justice peut juger l'affaire au civil, mais plus au pénal.

14h40 : Mort de Zyed et Bouna : les deux policiers poursuivis pour "non assistance à personne en danger" sont relaxés.

15h29 : Résumons ce qui se passe au rendu du jugement des deux policiers dans l'affaire Zyed et Bouna. Ils sont poursuivis pour "non assistance à personne en danger" après la mort de ces deux adolescents, électrocutés sur un site EDF alors qu'ils fuyaient la police. La question est de savoir s'ils avaient conscience d'un "péril grave et imminent". La première policière, Stéphanie Klein, est relaxée. Le jugement du second policier, Sébastien Gaillemin, est attendu dans quelques minutes.