Vidéos Athanor ou la folle histoire d'une loge maçonnique convertie en officine du crime... avec la complicité de membres des services secrets

C'est une affaire tentaculaire qui est sans doute loin d'avoir livré tous ses secrets. Une histoire digne de la série "Le Bureau des légendes", où se croisent ex-agents secrets au service de notables fortunés, militaires "pieds nickelés" et victimes sans histoires. Après plusieurs mois d'investigation, "Complément d'enquête" retrace, grâce à des documents et des témoignages inédits, les dérives d'une loge maçonnique devenue une officine du crime. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.

Pour la police, tout commence à Créteil, près de Paris, en 2020. Ce matin-là, Marie-Hélène Dini, formatrice en coaching, est en retard pour partir au travail. "Si j'avais été à l'heure, je ne serais peut-être plus là", confie-t-elle, encore sous le choc. Cette mère de famille sans histoires pourrait avoir échappé à une exécution.

Interpellé par le comportement étrange des occupants d'une Clio noire (leur visage est dissimulé, l'un d'eux porte des gants en plein mois de juillet) un riverain a prévenu la police. Elle va découvrir une fausse plaque d'immatriculation et une arme à feu, chargée. Dans la voiture, deux militaires de la DGSE, les services secrets français, visiblement prêts à éliminer celle qu'ils tiennent pour un agent du Mossad, les services secrets israéliens… et qui n'a pourtant jamais mis les pieds en Israël. C'est le début d'une enquête qui va secouer le monde du renseignement.

 

Un règlement de comptes qui met à profit un réseau maçonnique 

Derrière cette improbable opération se cache en réalité un règlement de comptes, qui aurait été initié par un homme qui n'a rien à voir avec la DGSE : Jean-Luc Bagur, 63 ans. Cet ancien mécanicien s'est reconverti en patron d'école de coaching obsédé par ses parts de marché. En prétendant réglementer la profession, un nouveau syndicat pourrait les mettre à mal... Sa secrétaire générale n'est autre que Marie-Hélène Dini. De quoi déclencher chez Jean-Luc Bagur la volonté de la supprimer ?

Jean-Luc Bagur aurait mis à profit les relations qu'il a tissées dans un univers secret : celui de la franc-maçonnerie. Un monde avec ses rites et ses "frères" qui a pour but le progrès de l'humanité, mais aussi un lieu de réseau que son opacité rend propice aux dérives. C'est dans la loge qu'il fréquente, à Neuilly-sur-Seine, qu'il va rencontrer ses complices présumés : la loge Athanor.

L'homme d'affaires aurait confié ses soucis professionnels à l'un de ses "frères" maçons : Frédéric Vaglio, 48 ans, qui partage sa passion des armes à feu et de la réussite. Sa société de sécurité privée propose aux chefs d'entreprise des missions de protection et de renseignement. "Dans le cadre de ses capacités", pourrait-il faire quelque chose pour lui ? s'enquiert Jean-Luc Bagur.

Projet d'assassinat sur facture

Frédéric Vaglio, qu'un ancien salarié décrit comme prêt à franchir les lignes rouges (organiser un kidnapping, par exemple), aurait alors proposé de faire supprimer Marie-Hélène Dini pour 70 000 euros. Il aurait même officiellement facturé cette prestation à l'école de coaching de Jean-Luc Bagur. Un contrat pour un assassinat sur facture…

Pour accomplir le sale boulot, Frédéric Vaglio aurait fait appel à un autre frère de loge : un ancien policier de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur). "Un mec gentil, honnête, droit", selon l'un de ses anciens collègues, mais qui aurait eu besoin d'argent pour gérer une double vie... Daniel Beaulieu serait passé du côté obscur en devenant le troisième homme du trio Athanor : l'ex-agent secret chargé de recruter des hommes de main. Tous trois sont aujourd'hui mis en examen pour tentative de meurtre en bande organisée. Leurs avocats n'ont pas souhaité s'exprimer dans "Complément d'enquête".

Le syndicaliste visé par un "contrat homicide" témoigne

La petite officine du crime aurait même monnayé ses services hors de Paris. Dans la "Plastic Valley" de l'Ain, un mécanicien de l'usine Apnyl s'est retrouvé sans le savoir avec un contrat sur la tête. Hassan, membre de la CGT et salarié modèle, est aujourd'hui anéanti après avoir découvert qu'il faisait l'objet d'une filature. Et qu'il était prévu de se débarrasser de lui dans la rivière proche de sa maison… C'est la première fois qu'il témoigne à la télévision. 

Sa patronne aurait-elle cherché à le supprimer ? Lorsqu'elle fait la connaissance de Frédéric Vaglio, elle lui aurait confié ses inquiétudes : elle a découvert dans le journal la photo d'Hassan manifestant au milieu de "gilets jaunes". A-t-elle eu peur qu'il déclenche un mouvement social dans son usine ? Frédéric Vaglio a-t-il entretenu ses craintes ? Il lui aurait proposé la même solution radicale que pour Marie-Hélène Dini : l'élimination d'Hassan pour 75 000 euros. Un deal qu'elle aurait accepté. 

Frédéric Vaglio aurait de nouveau fait appel à Daniel Beaulieu. L'ex-agent de la DCRI aurait recruté un homme de main : Sébastien, 29 ans, qui aurait préparé l'assassinat pour 7 500 euros. C'est lui qui a suivi en voiture tous les déplacements d'Hassan, de sa femme et même de ses enfants. Il a aussi filmé l'endroit de la rivière où il aurait prévu de déposer "le paquet", comme il l'écrit dans ses notes : le corps du syndicaliste. Le réseau Athanor a été démantelé avant…

Le plus étonnant dans le parcours de "l'homme de main", c'est que ce titulaire d'un BTS de laborantin aurait basculé dans la criminalité en pensant servir la France… Sébastien rêvait de devenir agent secret ; Daniel Beaulieu, qui cherchait à recruter pour multiplier les contrats "homo" (homicides, dans le jargon des renseignements) aurait exploité les failles de celui qui écrivait dans son journal intime : "Je sens que je suis fait pour ça. C'est étrange comme sensation que celle de gagner de l'argent pour défoncer quelqu'un." 

Des plantons de la DGSE qui se prennent pour des James Bond

Sébastien aurait réussi l'exploit de recruter deux vrais militaires sur l'une des bases les plus secrètes de la DGSE, à Cercottes, près d'Orléans. Au service "action", l'élite qui traque les ennemis de la France à l'étranger, Dagomar et Adélard (leurs noms de code) sont de simples gardiens. "Ils pensaient qu'ils étaient des James Bond, ils avaient peut-être des frustrations", sourit un ancien du service.

Sébastien aurait proposé à Dagomar 15 000 euros pour un contrat homicide "au nom de la France" visant la coach Marie-Hélène Dini. Le militaire, bien noté mais jugé très immature, pouvait-il croire à cette fable ? Il a en tout cas entraîné son collègue Adélard. Leurs avocats soulignent un manque criant d'encadrement, surtout après la fièvre de recrutement qui a suivi la diffusion de la série "Le Bureau des légendes"... A Paris, la DGSE a déclenché une enquête interne. Dagomar et Adélard, eux, seront finalement arrêtés par la police, en planque dans la Clio de Créteil, au pied de l'immeuble de Marie-Hélène Dini...

Vidéos extraites de "Espions et francs-maçons : révélations sur une officine du crime", un document diffusé dans "Complément d'enquête" le 5 mai 2022.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.