"Air Cocaïne" : Marine Le Pen prend ses distances avec Aymeric Chauprade

La présidente du FN a désapprouvé "l'initiative personnelle" de l'eurodéputé Aymeric Chauprade dans l'affaire "Air Cocaïne".

Marine Le Pen, le 31 octobre 2015 à Beauvais (Oise).
Marine Le Pen, le 31 octobre 2015 à Beauvais (Oise). (MAXPPP)

Recadrage en règle au FN. La présidente du parti, Marine Le Pen, a dit mercredi 4 novembre "désapprouver l'initiative personnelle" de son eurodéputé Aymeric Chauprade, qui a activement participé à la fuite des pilotes de l'affaire "Air Cocaïne". Elle a ajouté que le bureau exécutif du FN allait "probablement évoquer ce sujet".

"Je désapprouve qu'il prenne une initiative personnelle qui engage, au moins dans l'image que ça donne, le FN", a déclaré Marine Le Pen, lors de l'émission "Questions d'info" LCP-France Info-Le Monde-AFP. "Le bureau exécutif se réunira et probablement évoquera ce sujet", a-t-elle poursuivi.

"Chauprade n'a plus de responsabilités"

"Le FN n'a strictement rien à voir dans cette affaire", s'est encore défendue la patronne du parti. "Ce n'est pas une secte : on ne gère ni les nuits, ni les week-ends, ni les vacances, ni le temps privé des élus qui sont FN." 

Et de relativiser le poids interne de celui qui l'avait toutefois accompagnée en Egypte fin mai : "Il n'a plus de responsabilités. Il n'est plus mon conseiller politique, il n'est plus le président de la délégation française au Parlement européen. Il n'est plus le responsable de la section affaires étrangères."