"Air Cocaïne" : la France doit-elle juger les pilotes qui ont fui la République dominicaine ?

Condamnés à vingt ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, les deux pilotes d'avion français, qui clament leur innocence, se sont évadés pour rentrer en France durant le week-end.

Les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret accusés de trafic de drogue le 5 juin 2015 à Saint Domingue.
Les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret accusés de trafic de drogue le 5 juin 2015 à Saint Domingue. (ERIKA SANTELICES / AFP)
Les deux pilotes d'avion français suspectés de trafic de drogue à Saint-Domingue ont fui via des vols privés pour rejoindre la France samedi. L'un d'eux doit fournir des explications lors d'une conférence de presse, mardi 27 octobre.

L'affaire remonte au 20 mars 2013, quand la police dominicaine intercepte un Falcon 50 sur le tarmac de Punta Cana avec 26 valises contenant 680 kg de cocaïne à bord. Les deux pilotes, Pascal Fauret et Bruno Odos, deux autres Français et quatre Dominicains sont condamnés, le 14 août 2015, à des peines allant de cinq à vingt ans de prison. 

Bientôt convoqués par la justice française ?

Selon l'avocat français des pilotes, Jean Reinhart, ses clients "se trouvent dans la région lyonnaise et autour. Ils ont des soucis de santé, souhaitent voir des médecins et se mettent à la disposition de la justice française". La juge d'instruction marseillaise, nommée en mars 2013, et chargée du volet français de l'affaire, pourrait les entendre rapidement.

Les pilotes, qui ont toujours nié une responsabilité dans cette affaire, estiment que leurs droits n'ont pas été respectés en République dominicaine. Laissés en liberté dans l'attente de l'examen de leur appel, ils avaient interdiction de quitter le pays. Les familles des deux autres Français restés sur place, craignent désormais pour la sécurité de leurs proches.

Votez, réagissez, commentez sur le site.

"Air Cocaïne" : la France doit-elle juger les pilotes qui ont fui la République dominicaine ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo