Livre sur le roi du Maroc : Éric Laurent se dit victime d'un traquenard

Éric Laurent, le journaliste incriminé dans l'affaire de chantage contre le roi du Maroc est l'invité du Soir 3, ce lundi 31 août.

France 3

Soupçonnés d'avoir fait chanter le roi du Maroc pour ne pas publier un livre à charge à son encontre, deux journalistes français, Eric Laurent, Catherine Graciet ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi 29 août. Le journaliste Eric Laurent est ce lundi l'invité du Soir 3. Il se dit victime d'un traquenard. "J'ai été naïf, le Maroc est un sujet extrêmement sensible et s'attaquer à la famille royale comme nous le faisions à travers le livre d'enquête que nous avons voulu publier, c'est franchir une ligne rouge. Le premier livre que nous avions fait en 2012, le roi prédateur est un livre qui avait extrêmement déplu au palais puisque monterait la prédation économique du pays", explique le journaliste.

Aucun élément menaçant

Les enregistrements publiés par le Journal du dimanche et dans lesquelles, Éric Laurent parlerait d'argent en premier ne seraient pas selon lui authentiques. "Quand vous regardez le déroulé des enregistrements et surtout des conversations que j'ai avec le personnage qui est en face de moi, qui est l'avocat du palais et qui s'occupe des sociétés du roi, il n'y a aucun moment où j'évoque une transaction financière. C'est lui qui l'évoque, qui m'amène à cette idée. À aucun moment je ne suis à l'origine ou l'instigateur d'une demande financière. Je mets au défi quand on écoute les enregistrements de trouver un seul élément qui soit un élément menaçant envers le roi où je dirais si bous ne payez pas ça risque de se passer mal pour vous et votre régime", explique aussi le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le roi du Maroc Mohammed VI lors du discours du directeur général de PSA Peugeot Citroen, le 19 juin 2015, au palais royal de Rabat (Maroc). 
Le roi du Maroc Mohammed VI lors du discours du directeur général de PSA Peugeot Citroen, le 19 juin 2015, au palais royal de Rabat (Maroc).  (FADEL SENNA / AFP)