Cet article date de plus de six ans.

Le meneur du collectif "Hollande démission" relaxé dans deux affaires

David van Hemelryck a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris dans deux affaires liées à des actions de contestation du chef de l'État.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
David van Hemelryck, le leader du collectif "Hollande démission", le 7 janvier 2014 à Paris. (20 MINUTES / GELEBART / SIPA)

Depuis plus d'un an, ce polytechnicien de 34 ans multiplie les coups d'éclat en France contre le chef de l'Etat. Le meneur du collectif "Hollande démission", David van Hemelryck, a été relaxé lundi 1er décembre par le tribunal correctionnel de Paris dans deux affaires liées à des actions de contestation de François Hollande, toutes deux en novembre 2013.

Dans le cas d'une des deux procédures jugées lundi, il était accusé d'avoir organisé les incidents du 11 novembre 2013, en marge de la cérémonie de commémoration de l'armistice de la première guerre mondiale sur les Champs-Elysées, en présence de François Hollande. Ce jour-là, plusieurs personnes avaient hué le président de la République et des accrochages avaient eu lieu avec les forces de l'ordre.

Le relaxé salue "une décision courageuse"

David van Hemelryck était également poursuivi, avec deux autres militants cette fois, pour "organisation d'une manifestation non déclarée" le 30 novembre 2013 au Trocadéro à Paris. Il avait alors déployé une banderole, sur laquelle était inscrit "Hollande-démission.fr", avant d'être interpellé. Le tribunal l'a relaxé dans les deux procédures, de même que les deux autres manifestants du 30 novembre 2013.

Vêtu d'un sweatshirt barré du visage du président de la République et du slogan "Dégage !", David van Hemelryck a salué "une décision courageuse de (...) relaxe d'opposants politiques"Il a, en revanche, de nouveau dénoncé l'attitude du parquet, "qui consiste à poursuivre des opposants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.