Magnotta, le "dépeceur de Montréal", reconnaît les faits mais plaide non-coupable

Le procès du Canadien accusé d'avoir tué et démembré un étudiant chinois en mai 2012 s'est ouvert à Montréal.

Représentation de Luka Magnotta durant les audiences préliminaires de son procès à Montréal (Canada), le 9 janvier 2013.
Représentation de Luka Magnotta durant les audiences préliminaires de son procès à Montréal (Canada), le 9 janvier 2013. (CHANTAL POIRIER / AFP)

Sa défense s'annonce compliquée pour ses avocats. Le Canadien Luka Rocco Magnotta, accusé d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois en 2012, a plaidé non-coupable, lundi 29 septembre, à l'ouverture de son procès, à Montréal (Canada). Mais, dans le même temps, le juge a indiqué que celui que la presse a surnommé "le dépeceur de Montréal" avait reconnu "les faits". 

Lors de l'investigation menée en vue du procès, l'accusé "a reconnu les faits", a déclaré  le juge Guy Cournoyer aux 12 jurésà qui il a demandé d'établir en leur âme et conscience si Luka Magnotta avait agi "avec l'état d'esprit requis" pour être considéré comme maître de ses actes. Sa défense entend en effet démontrer que l'accusé n'était pas sain d'esprit et ne saurait donc être tenu pour responsable de ses gestes.

Agé de 32 ans, Luka Magnotta est accusé d'avoir tué chez lui avec un pic à glace son ancien petit ami Lin Jun. Il est également poursuivi notamment pour outrage à cadavre pour l'avoir découpé, et pour diffusion de matériel obscène après avoir posté une vidéo des faits sur internet.