Paris : l'employé de boulangerie qui avait refusé de servir un policier condamné à 70 heures de travaux d'intérêt général

Un échange tendu avait opposé un employé d'un établissement de la Maison Landemaine et un agent des forces de l'ordre, en marge du rassemblement organisé par les "gilets jaunes", le 2 février sur la place de la République, à Paris.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux présente un échange tendu entre le salarié d\'une boulangerie-pâtisserie et un agent des forces de l\'ordre, samedi 2 février 2019, à Paris.
Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux présente un échange tendu entre le salarié d'une boulangerie-pâtisserie et un agent des forces de l'ordre, samedi 2 février 2019, à Paris. (LA FRANCE EN COLERE / FACEBOOK)

La scène a été largement relayée sur les réseaux sociaux. Un employé d'une boulangerie parisienne, qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des "gilets jaunes", a été condamné, mercredi 13 février, à Paris, à 70 heures de travaux d'intérêt général (TIG), a appris franceinfo jeudi, de source judiciaire.

L'homme a été condamné pour outrage, dans le cadre d'une Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), le plaider-coupable à la française, selon cette source. L'employé de 32 ans avait été placé en garde à vue mardi.

Un geste outrageant envers un policier

Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier en civil, empêché de rentrer dans une boulangerie, située dans le 3e arrondissement de Paris, en marge d'une mobilisation des "gilets jaunes". Franceinfo avait retrouvé un témoin de la scène, qui avait retracé le fil des événements. Le dialogue avec l'employé de la boulangerie s'est concentré sur le port d'arme du policier.

- "Tu vois une arme ?

- Je ne sais pas, je vous préviens juste, pas d'arme dans...

- Ok donc c'est bon, on peut passer ?

- Si vous n'avez pas d'arme, c'est bon.

- Bon je crois que je vais aller ailleurs et après je peux aussi aller regarder ailleurs, vous avez plein de vitrines...

- Oui oui, allez ailleurs."

Selon Le Point, l'homme a reconnu avoir fait un geste outrageant envers un policier, non filmé dans la vidéo.

La scène a suscité un message de la Maison Landemaine, propriétaire de la boulangerie. Elle a rappelé dans un court communiqué qu'elle était "une enseigne de commerçants apolitique" et que ses boulangeries étaient "ouvertes à tous dans le respect des valeurs républicaines". Elle écrit encore que ses équipes "s'efforcent de préserver une atmosphère calme au sein de [se]s établissements en demandant aux policiers et aux manifestants de ranger leurs armes et d'ôter leurs cagoules."