Disneyland Paris : un réseau de pickpockets qui détroussaient des touristes devant la justice

Mardi, dix prévenus comparaissent à Meaux pour avoir volé des touristes pour un montant d'au moins un million d'euros entre le parc d'attraction Disneyland Paris et la gare voisine.

L\'entrée du parc Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), le 13 août 2015. 
L'entrée du parc Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), le 13 août 2015.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Le procès de dix prévenus s'ouvre mardi 29 août pour quatre jours devant le tribunal correctionnel de Meaux, en Seine-et-Marne, pour une série impressionnante de vols aux abords de Disneyland Paris. Le préjudice dépasserait largement le million d'euros. Les prévenus devront répondre de vol en bande organisée, recel et blanchiment, ainsi que d'incitation de mineurs à commettre des délits et délaissement de mineurs de moins de quinze ans

Ils envoyaient des mineurs voler les touristes

Selon les informations recueillies par franceinfo, entre 2014 et 2016, les prévenus, roumains pour la plupart, envoyaient des groupes de mineurs voler les touristes l'après-midi entre le parc d'attraction et la gare voisine. En mars 2015, le commissariat de Chessy (Seine-et-Marne) constate que les vols à la tire explosent aux abords de Disneyland Paris et dans le RER A qui dessert le parc.

La technique est toujours la même. Ils fonctionnent en bande : un premier détourne l'attention, le second fait les poches, le dernier fait disparaître les objets volés, portefeuille, téléphones, bijoux... En seulement six mois, les policiers comptabilisent plus d'un millier de vols.

Entre 500 et 800 euros de butin par jour

L'Office central de lutte contre la délinquance itinérante, avec le concours des autorités roumaines, démantèle le réseau un an plus tard. Aujourd'hui, c'est la tête de ce réseau qui est jugé à Meaux. Les sept mineurs pickpockets, dont certains rapportaient à leurs parents entre 500 et 800 euros par jour, ont déjà été jugés par un tribunal des enfants.

En plus des dix membres du clan, un gérant d'hôtel qui blanchissait l'argent et un restaurateur chinois qui cachait l'argent pour éviter que les enfants ne soient pris avec des espèces sur eux vont comparaître mardi. Certains prévenus risquent jusqu'à 30 ans de prison.