Affaire Péchier : une information judiciaire ouverte pour une 25e victime présumée de l'anesthésiste de Besançon

De récentes analyses toxicologiques ont permis d'identifier une nouvelle victime présumée de l'anesthésiste Frédéric Péchier. 

Article rédigé par
avec France Bleu Besançon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'anesthésiste Frédéric Péchier est déjà mis en examen pour 24 empoisonnements. (LUDOVIC LAUDE / MAXPPP)

Le procureur de la République de Besançon a annoncé mercredi 6 octobre, qu'une 25e victime présumée de l'anesthésiste Frédéric Péchier avait été découverte, indique France Bleu Besançon. Une information judiciaire a été ouverte en septembre dernier. Le médecin bisontin est déjà mis en examen pour 24 empoisonnements, dont 9 mortels. Ce nouveau cas suspect concerne un patient décédé en 2015, lors d'une opération à la clinique Saint-Vincent de Besançon.

Son corps avait été exhumé, mais les analyses n'avaient pas permis d'établir un empoisonnement. "De nouvelles analyses toxicologiques, explique le procureur de la République, effectuées sur les prélèvements opérés suite à des exhumations, en élargissant le spectre des molécules recherchées, ont permis d'identifier un nouveau cas hautement suspect suite à la découverte de mépivacaïne dans les prélèvements. Un produit anesthésiant potentiellement mortel s'il est surdosé." Il s'agit "d'un produit qui n'avait pas à être utilisé dans le protocole d'anesthésie de ce patient", précise  magistrat. 

Le procureur de Besançon a également affirmé qu'une nouvelle contre-expertise est en cours sur l'ensemble du dossier. Les résultats ne seront pas connus avant la mi-2022. L'anesthésiste Frédéric Péchier avait tenté de mettre fin à ses jours début octobre, ses avocats dénonçant la lenteur de la procédure. "Son pronostic est réservé", a indiqué mardi son avocat, Me Lionel Béthune de Moro à France Bleu Besançon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Anesthésiste de Besançon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.