Affaire Troadec : le procès d'un quadruple meurtre commence

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Affaire Troadec : le procès d'un quadruple meurtre commence
France 3
Article rédigé par
H.Puffeney, N.Perez, B.Poulain, E.De Pourquery, E.Brouillard, V.Buu - France 3
France Télévisions

La jalousie autour d'un supposé trésor familial est au cœur de l'affaire Troadec, dont le procès a commencé le mardi 22 juin à Nantes (Loire-Atlantique). Hubert Caouissin est accusé du meurtre du couple Troadec et de ses enfants.

Dans un fourgon qui arrive au tribunal, mardi 22 juin, se trouve Hubert Caouissin, 51 ans. Assis dans le box à côté de son épouse, il est accusé du quadruple meurtre de la famille Troadec. Ses avocats disent qu'il est prêt à s'exprimer devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. "Il a toujours eu à cœur de participer à tous les interrogatoires et à toutes les reconstitutions (...). Il n'a pas l'intention de changer d'optique", déclare Maître Patrick Larvor.

Crimes et complicité de nettoyage de scène de crime

L'histoire commence lors d'un repas de famille. Le patriarche, Pierre Troadec, sous-entend qu'en faisant des travaux à Brest, il a découvert un trésor : 50 kilos d'or. Selon les juges, ce butin n'a jamais existé, mais le gendre Hubert Caouissin en est persuadé. Il scrute chaque dépense de la famille Troadec, crée des dossiers et les espionne la nuit, jusqu'à écouter leurs conversations à l'aide d'un stéthoscope posé sur le volet. Mais le 16 février 2017, il dit avoir été repéré et menacé au pied-de-biche par Pascal Troadec. Il l'aurait désarmé, tué, puis s'en serait pris à toute la famille. Une version invraisemblable pour les parties civiles.


"C'est à travers sa compagne, Lydie Troadec, que l'on a pu commencer à comprendre la psychologie d'Hubert Caouissin", explique la journaliste Nathalie Pérez pour le 19/20 de France 3. Elle figure dans le box des accusés pour l'avoir aidé à nettoyer la scène de crime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice – Procès

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.