Procès Tarnac : "La décision rendue n'est que justice", estime l'avocat de Julien Coupat

Jérémie Assous, l'avocat de Julien Coupat, a expliqué, jeudi sur franceinfo, que la décision du tribunal correctionnel de Paris de relaxer Julien Coupat et Yildune Lévy dans le cadre du procès du groupe de Tarnac "était attendue" et "n'a rien d'exceptionnel".

Jérémie Assous, avocat de Julien Coupat dans le cadre du procès du \"groupe de Tarnac\", le 12 avril 2018, à Paris.
Jérémie Assous, avocat de Julien Coupat dans le cadre du procès du "groupe de Tarnac", le 12 avril 2018, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

L'avocat de Julien Coupat, Jérémie Assous, a fait part de sa "satisfaction", jeudi 12 avril sur franceinfo, après la relaxe prononcée par le tribunal correctionnel de Paris pour Julien Coupat et Yildune Lévy dans le cadre du procès du groupe de Tarnac.

La décision à l'encontre des deux principaux prévenus était  "attendue" et "n'a rien d'exceptionnel", car "cette affaire, c'est l'histoire d'un acharnement. C'est un fiasco", a regretté Jérémie Assous.

franceinfo : Êtes-vous soulagé de cette décision ou êtes-vous en colère contre un fiasco judiciaire ?

Jérémie Assous : Ni l'un ni l'autre. C'est une certaine satisfaction. La décision qui vient d'être rendue est une décision qui était attendue et qui n'a rien d'exceptionnel. On ne cesse de dire depuis 10 ans : "À partir du moment où vous aurez des magistrats qui étudieront le cas de manière objective et des magistrats indépendants, la décision qui s'impose est la décision qui vient d'être rendue."

Selon vous, l'influence politique a disparu de ce dossier ?

La particularité de cette affaire est que les juges d'instruction et le parquet n'ont toujours fait qu'un. La vérité n'a jamais intéressé quiconque. Pour couvrir les méthodes policières, ils ont accepté de tordre le cou au droit. Et ce qu'a rappelé le tribunal, c'est que les règles s'imposent à tous, qui que vous soyez. La décision rendue, jeudi, ce n'est que justice. Et c'est une humiliation supplémentaire pour le parquet de l'époque. Cette affaire, c'est l'histoire d'un acharnement. C'est un fiasco.

Craignez-vous que le parquet fasse appel ?

Pas du tout. Le parquet n'a eu de cesse de se faire humilier, une gifle. S'ils veulent s'en prendre d'autres, qu'ils fassent appel. Mais, je doute qu'ils fassent appel.