Cet article date de plus de quatre ans.

Jacqueline Sauvage : la grâce en question

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Jacqueline Sauvage : la grâce en question
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Après la libération de Jacqueline Sauvage, la plupart des magistrats dénoncent le principe même de la grâce présidentielle.

Il est le seul à pouvoir défaire ce que justice a fait. En graciant Jacqueline Sauvage comme l'y autorise la Constitution, le président de la République a déclenché la colère des magistrats, qui y voient une atteinte à leur indépendance. "L'atteinte à la séparation des pouvoirs [...] il y a un problème dans le fonctionnement de nos institutions", explique Virginie Duval, de l'Union syndicale des magistrats.

Un héritage de l'Ancien Régime

Saluée à gauche comme à droite, la décision présidentielle est perçue comme un geste d'humanité même si certains y voient un héritage de l'Ancien Régime. Décision exclusive du président sur proposition du ministère de la Justice, François Hollande a déjà usé de la grâce présidentielle. En 2014, il l'accorde à Philippe El Shennawy, le plus vieux détenu de France. Après 38 ans en prison, il ressort libre, mais reste coupable aux yeux de la justice.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.