Française des jeux : l'État va-t-il réellement décrocher le jackpot ?

L'État s'apprête à partiellement privatiser la Française des jeux, avec à la clé environ un milliard d'euros. Mais certaines voix dénoncent une affaire loin d'être profitable à long terme.

FRANCE 2

Adeptes des jeux de hasard, vous pourrez si vous le souhaitez acheter des actions de la Française des jeux (FDJ) à partir du 7 novembre 2019. Bercy lance la privatisation partielle du groupe, et espère en tirer plus d'un milliard d'euros. Détenteur de 76% des parts de la FDJ, l'État va néanmoins en garder 20%, le reste sera vendu entre le 7 et le 20 novembre, avec un prix compris entre 15 et 20 euros par action. Un prix attractif pourrait être appliqué aux très gros acheteurs.

"Une action gratuite pour dix actions achetées"

"Je souhaite que ce soit une opération populaire", a indiqué lundi 14 octobre Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances. "Il y aura une action gratuite pour dix actions achetées, sous réserve que vous la gardiez 18 mois", a-t-il expliqué. Mais s'il y a un jackpot sur le court terme, sur le long terme certains estiment que l'État se sépare de la poule aux œufs d'or, qui enregistre chaque année 150 millions d'euros de bénéfice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo FDJ. Française des jeux.
Le logo FDJ. Française des jeux. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)