Cet article date de plus d'un an.

Interpol en appelle au grand public pour résoudre 22 "cold cases" en Europe

Ces différents dossiers "n'ont pas de lien entre eux", mais ont en commun "leur contexte international", précise un responsable de l'organisation.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le siège d'Interpol, à Lyon, le 30 avril 2023. (ROMAIN DOUCELIN / HANS LUCAS / AFP)

Interpol (en anglais) a annoncé, mercredi 10 mai, le lancement d'une campagne inédite à destination du grand public pour aider à résoudre des "cold cases". L'objectif est notamment d'aider l'organisation internationale de coopération policière à identifier les corps de 22 femmes, retrouvés sur plusieurs décennies en Allemagne, Belgique et aux Pays-Bas. Ces différents dossiers "n'ont pas de lien entre eux", mais ont en commun "leur contexte international", précise un responsable.

Interpol va publier sur son site internet et les réseaux sociaux une sélection d'informations, jusqu'alors réservées à ses services et contenues dans des "notices noires", dédiées à l'identification des restes humains. Seront ainsi diffusés une photo sur la base des technologies de reconstitution faciale et des éléments sur le lieu et la date de découverte du corps, les objets personnels, les vêtements et le contexte.

Le plus ancien crime a été découvert sur un parking d'autoroute aux Pays-Bas, en octobre 1976, et le plus récent dans un parc communal en Belgique, en août 2019. Ces corps n'ont pu être identifiés par les polices nationales "en partie" car ces femmes n'étaient pas originaires de ces pays, selon Interpol. "Toutes les pistes envisagées pour résoudre ces 'cold cases' ont été traitées, souligne un gestionnaire des bases de données ADN de l'organisation. Les enquêtes sont au point mort et nous espérons que l'attention du public permettra de les faire avancer." Baptisée "Identify Me" ("identifiez-moi" en anglais), cette première campagne pourrait être étendue à d'autres cas par la suite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.