Var : la sexagénaire soupçonnée d’avoir séquestré pendant cinq ans son ex-belle-fille à Saint-Raphaël provisoirement incarcérée

La sexagénaire avait été placée en garde à vue et présentée à un juge mercredi et une information judiciaire avait été ouverte, notamment pour abus de faiblesse.

Tribunal de Grande Instance de Draguignan le 18 avril 2016. 
Tribunal de Grande Instance de Draguignan le 18 avril 2016.  (SOLLIER CYRIL / MAXPPP)

Une sexagénaire, soupçonnée d’avoir séquestré pendant cinq ans à Saint-Raphaël (Var) son ex-belle-fille, a été provisoirement incarcérée, indique France Bleu Provence. Elle a été transférée à Marseille jeudi 21 novembre. La jeune femme affirmait avoir été séquestrée pendant cinq ans à Saint-Raphaël (Var), selon une information révélée par France Bleu Provence mercredi 20 novembre. Une sexagénaire, la mère de l'ex-compagnon de la victime, avait été placée en garde à vue, et présentée à un juge mercredi. Le parquet de Draguignan avait ouvert une information judiciaire pour abus de faiblesse, violences habituelles sur personne vulnérable ou dépendante, soumission d'une personne vulnérable ou dépendante à des conditions d'hébergement indignes, et non-assistance à personne en danger.

La jeune femme de 31 ans avait été découverte, errant sur une route dimanche 17 novembre, près d'une forêt à Agay (Var). Prise en charge par les secours, elle racontait alors avoir été séquestrée pendant les cinq dernières années dans un appartement de Saint-Raphaël chez son ex-belle-mère. La sexagénaire était en garde à vue depuis mardi 19 novembre.

Une pièce équipée d'un seul banc

L'histoire commence il y a dix ans. La jeune femme devient maman, le père de son enfant l'abandonne avec le bébé. Mais la grand-mère paternelle du garçon reste en contact avec la jeune maman, âgée alors de 21 ans. Jusqu'à l'héberger chez elle, il y a 5 ans, dans cet appartement de Saint-Raphaël. La jeune femme se lie alors d'affection avec un autre membre de la famille, ce qui ne plait pas du tout à la grand-mère. Selon la jeune femme, c'est à ce moment-là que les brimades ont commencé.

La victime présumée raconte que la sexagénaire lui confisque alors ses papiers d'identité, la consigne dans une pièce équipée seulement d'un banc. Elle n'a le droit de manger qu'une seule fois par jour, elle n'est pas autorisée à prendre de douche, ni même à faire de toilette intime. Les fils de la sexagénaire restaient dans la maison devant leurs jeux vidéo, mais elle était devenue "invisible". Une situation qui a duré 5 ans, selon les déclarations de la jeune femme. Elle a tenté de s'échapper une fois, avant d'être rattrapée par l'un des fils de la sexagénaire.

La grand-mère renvoie la faute sur la jeune femme

Placée en garde à vue ce mardi, la grand-mère livre une version très différente des faits et renvoie la faute sur la jeune femme. Ses enfants, en revanche, affirme que la victime présumée était totalement isolée du reste de la famille, et qu'elle ne mangeait pas, par exemple, avec les autres. La sexagénaire est en cours de présentation, le parquet a requis un placement en détention provisoire.