Indre-et-Loire : un homme s'accuse de violences conjugales fictives pour rejoindre son meilleur ami en prison

L'homme a téléphoné à la gendarmerie pour essayer, en vain, de se faire arrêter. 

L\'homme a téléphoné à la gendarmerie pour essayer, en vain, de se faire arrêter. Photo d\'illustration.
L'homme a téléphoné à la gendarmerie pour essayer, en vain, de se faire arrêter. Photo d'illustration. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Un homme habitant près d'Amboise (Indre-et-Loire) a tenté, mercredi 8 août, de s'accuser de violences conjugales pour rejoindre son meilleur ami en prison, rapporte jeudi France Bleu Touraine.

Les opérateurs du standard de la gendarmerie ont reçu, en début d'après-midi, l'appel d'un homme visiblement énervé, annonçant qu'il s'apprêtait à frapper son épouse, et appelant les forces de l'ordre à venir l'arrêter pour l'en empêcher.

Sa femme le dénonce et affirme ne pas être menacée

La femme de l'homme s'est ensuite emparée du téléphone pour préciser qu'elle n'était en rien menacée, et qu'elle était assez forte pour répliquer en cas de violences. Elle a expliqué la raison de l'appel de son époux : son mari espérait se faire enfermer à la maison d'arrêt de Tours pour y retrouver son meilleur ami.

Les gendarmes ne se sont pas déplacés, mais ils ont mis en garde l'homme contre les peines encourues par ceux qui appellent pour rien les services de secours.