Cet article date de plus de deux ans.

Incidents au Stade de France : le rapport du Sénat indique des dysfonctionnements

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Incidents au Stade de France : le rapport du Sénat indique des dysfonctionnements
Incidents au Stade de France : le rapport du Sénat indique des dysfonctionnements Incidents au Stade de France : le rapport du Sénat indique des dysfonctionnements
Article rédigé par France 3 - C. Motte, L. Seux, H. Pozzo, L. Michel
France Télévisions
France 3

Mercredi 13 juillet, le Sénat a rendu son rapport afin de déterminer les responsables des incidents survenus lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, le 28 mai. Après plusieurs semaines d’enquête, le rapport fait part de dysfonctionnements.

Le 28 mai dernier, des incidents sont survenus aux abords du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), lors de la finale de la Ligue des champions. Des images qui ont fait le tour du monde. Mercredi 13 juillet, le Sénat a rendu son rapport pour déterminer les responsabilités suite à ces incidents, et émettre des conseils afin qu'un tel fiasco ne se reproduise plus. Ce rapport pointe un enchaînement de dysfonctionnements. "Personne ne s'est vraiment senti responsable", explique Laurent Lafon, président (Union centriste) de la commission de la Culture, de l'Éducation et de la Communication au Sénat.

Défaillance dans l'organisation

Devant la commission, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait fait porter la responsabilité de ce chaos aux milliers de supports anglais, avant de reconnaître des erreurs et de présenter ses excuses quelques semaines plus tard. Dans leur rapport, les sénateurs pointent du doigt une défaillance dans l'organisation, un manque de communication et une mauvaise formation des stadiers.

Pour que la Coupe du monde de Rugby de 2023 et les Jeux olympiques de 2024 se déroulent sereinement, les sénateurs recommandent que chaque événement ne soit organisé que par un seul acteur, que les billets papiers soient supprimés, et que les images de vidéosurveillance soient conservées jusqu'à trente jours, et non huit. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.