Var : l'incendie est maîtrisé mais la météo pourrait provoquer une reprise du feu

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Var : l'incendie est maîtrisé mais la météo pourrait provoquer une reprise du feu
France 2
Article rédigé par
D. Schliengier, T. Cuny, S. Lerch, A. Richier, L. Pekez, A. Domy, C. Chabaud, A. Fleurent, Images drones : Chromatella - France 2
France Télévisions

L'incendie est fixé. Dans le vocabulaire des pompiers, cela signifie que le feu n'avance plus et que les flammes ne sont plus visibles. Mais il n'est pas éteint et peut repartir à tout moment dans le Var. D'autant plus que le vent et la chaleur vont faire leur retour dans le département. 

Les pompiers projettent du produit retardant au sol et dans les airs pour protéger la végétation encore préservée. À la moindre fumée, ils interviennent pour noyer la plus petite braise. Ils font tout pour éviter que le feu reprenne. Et pour la première fois depuis cinq jours de lutte dans le Var, le front de l'incendie n'avance pas. "La situation aujourd'hui est suffisamment stabilisée pour qu'on puisse considérer l'incendie comme fixé", affirme le préfet du Var, Evence Richard. 

Des mégots de cigarettes retrouvés

Au total, plus de 7 000 hectares ont brûlé. "Il y a 83 kilomètres de lisière, et tant qu'on ne les aura pas arrosés. On n'est pas encore à l'abri de reprise", prévient le directeur départemental du SDIS, Eric Grohin. Ce vendredi 20 août au soir, 1 100 pompiers sont encore mobilisés, car les prévisions météo ne sont pas optimistes. "Le retour du vent est annoncé pour demain (samedi 21 août), un vent d'ouest, le plus sec donc qui, ajouté à une température encore élevée, supérieure à 30 degrés et à un faible taux d'humidité, pourrait provoquer une reprise des flammes", précise la journaliste Audrey Richier, envoyée spéciale au Luc (Var). Du côté de l'enquête, "des mégots ont été retrouvés sur l'aire d'autoroute de Gonfaron d'où semble être parti l'incendie mais les investigations sont toujours en cours", ajoute la journaliste.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.