Hauts-de-Seine : un bus RATP et un gymnase incendiés à Nanterre

Plusieurs individus ont contraint le chauffeur à descendre du véhicule avant de jeter des engins incendiaires à l'intérieur. Deux heures plus tard, un incendie d'origine volontaire est survenu dans un gymnase de la ville. La mairie va porter plainte pour destruction de bien public.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un camion de pompiers. (Photo d'illustration)  (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Un bus a été totalement incendié dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet aux alentours de 0h30, avenue Pablo Picasso à Nanterre (Hauts-de-Seine), a appris franceinfo auprès de la police. Plusieurs individus ont contraint le chauffeur du bus de la ligne 159 à descendre du véhicule avant de jeter des engins incendiaires à l'intérieur. Aucun passager ne se trouvait à bord du bus lors de l'incident et aucun blessé n'est à déplorer. Le commissariat de Nanterre a été saisi de l'enquête.

Un gymnase incendié

Deux heures plus tard, un incendie d'origine volontaire est survenu dans un gymnase de la rue Morelly, à Nanterre, selon la police. La mairie a indiqué à franceinfo qu'un groupe de jeunes avaient lancé des feux d'artifice en cette veille de fête nationale dans le secteur, certains vers le gymnase Paul Langevin. L'un des feux d'artifice a provoqué des flammes sur une bâche située sur le toit du gymnase. Le feu s'est ensuite propagé au bâtiment ravagé par les flammes.

La mairie a précisé que les jeunes ne voulaient pas mettre le feu au gymnase. Il n'y a aucun blessé à signaler. 15 casernes de sapeurs-pompiers sont intervenues pour maîtriser cet incendie. Le commissariat de Nanterre est là aussi saisi de l'enquête.

La mairie va porter plainte

Dans un communiqué de presse publié mardi 14 juillet, le maire de Nanterre, Patrick Jarry, annonce de son côté son intention de porter plainte pour destruction de bien public. "L'utilisation de feux d'artifices sauvages, mortiers et autres engins incendiaires qui s'est malheureusement banalisée chaque 14 juillet a eu de graves conséquences la nuit dernière dans deux quartiers de Nanterre", indique-t-il.

Le gymane Paul Langevin devait être encore conservé par la ville pendant trois ans avant d'être détruit, "le temps de construire un nouveau gymnase dans le secteur", explique le maire. "Même s'il était appelé à disparaître, l'incendie de ce gymnase est un acte gravissime que je condamne fermement", écrit Patrick Jarry.

Détruire un équipement public, c'est d'abord pénaliser des enfants, des sportifs et tout un quartier.

Patrick Jarry

Le projet de reconstruction d'un gymnase est toutefois maintenu selon le maire. Patrick Jarry a également tenu à adresser tout son "soutien au chauffeur" du bus incendié, "qui a dû faire face à cet acte criminel dont la principale conséquence sera de pénaliser les habitants du quartier".

Par ailleurs, les sapeurs-pompiers ont également été mobilisés pour des feux de voitures à Drancy et à Pantin, en Seine-Saint-Denis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.