Cet article date de plus de cinq ans.

Incendie de France Bleu Isère : "Si l'idée était de nous empêcher de créer ce lien avec nos auditeurs, c'est l'inverse qui s'est produit"

L'antenne a repris sur France Bleu Isère lundi après-midi, l'équipe est hébergée dans les locaux de France 3 Alpes.

Article rédigé par franceinfo - Édité par Adrien Bossard
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
L'installation des moyens techniques de l'antenne de France Bleu Isère, dans les locaux de France 3 Alpes. (CAPTURE ECRAN TWITTER)

Il est 17h30, le bouton rouge s'allume. Le direct reprend. "Bonjour à tous, difficile de vous dire à quel point nous sommes heureux de vous retrouver et, à la fois, incrédules, le mois est faible, après l'incendie volontaire dont a été victime France Bleu Isère (...)". C'est depuis les locaux de France 3 Alpes, à Grenoble, que les programmes de France Bleu Isère reprennent, lundi 28 janvier, après l'incendie dont a été victime la station du groupe Radiofrance.

La PDG de Radiofrance, Sybile Veil, et le directeur du réseau France Bleu, Jean-Emmanuel Casalta, étaient présents lors de la reprise des programmes. "Si l'idée était de nous empêcher de créer ce lien avec nos auditeurs, c'est l'inverse" qui s'est produit, souligne sur franceinfo Jean-Lou Philippe, le directeur de France Bleu Isère. "Le message est clair, on redémarre au plus vite l'antenne parce que c'était l'inverse qui était recherché : c'était qu'on arrête."

Une grande partie de la radio a été touchée par l'incendie : l'accueil, la rédaction, les studios. "Les locaux dans lesquels nous travaillons sont inexploitables", précise Jean-Lou Philippe, qui tient à remercier le directeur de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, André Faucon, et ses équipes "qui nous accueillent, et qui depuis la mi-journée sont avec nous et reconstruisent tout ce qu'il faut pour faire de la radio".

Les équipes de France Bleu Isère et France 3 Alpes à pied d'oeuvre pour reprendre l'antenne. (CAPTURE ECRAN TWITTER)

Ceux qui ont voulu éteindre la radio, tant pis pour eux, parce qu'elle est déjà rallumée

André Faucon

sur franceinfo

"C'est la volonté de ne pas se laisser imposer le silence, a réagi de son côté, sur franceinfo, André Faucon. Ce que nous avons en partage avec France Bleu, c'est le sens du service public. C'est la volonté d'être en proximité avec nos téléspectateurs ou nos auditeurs."

Quelles que soient les motivations qui ont poussé les auteurs de l'incendie à détruire la station de France Bleu Isère, "il y en assez" peste André Faucon, qui dénonce un climat délétère dont sont victimes les médias, en ce moment. "À France 3, on a passé le week-end à se barricader parce qu'on était encerclés par des manifestants qui voulaient s'introduire chez nous. On est obligés de mettre des agents de sécurité pour accompagner nos équipes de reportage lorsqu'elles veulent faire nos duplex. Ça suffit. C'est insupportable de devoir continuer à travailler dans ce climat-là".

Des nouveaux bâtiments recherchés

Pour France Bleu Isère, redémarrer l'antenne telle qu'elle l'était avant sera compliqué. "Faire une radio c'est du monde, c'est de l'espace. Il nous faut reprendre très vite une antenne qui ressemble à ce que l'on fait tous les jours", assure le directeur de France Bleu Isère. Les choses se feront "étape par étape". Mais Jean-Lou Philippe souligne : "On appartient à une maison fabuleuse qu'est Radiofrance. On est déjà à la recherche de nouveaux bâtiments".

Les locaux de France Bleu Isère, victime d'un incendie volontaire. (FRANCE BLEU ISERE)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.