Incendie dans les Pyrénées-Orientales : 1 000 hectares détruits entre Salses-le-Château et Opoul-Périllos

320 pompiers ont été mobilisés dans la nuit de mardi à mercredi. Tous les habitants évacués de la commune de Salses ont pu rentrer chez eux. "Il n'y a plus de menace directe sur les habitations, sur les biens et les personnes", indique le préfet.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Salses-le-Château, dans les Pyrénées-Orientales. (GOOGLE MAPS)

Un incendie a ravagé près de 1 000 hectares de végétation entre Salses-le-Château et Opoul-Périllos, dans les Pyrénées-Orientales, a appris France Bleu Roussillon auprès des pompiers. Au moins huit départs de feu ont été enregistrés dans le secteur, dès mardi midi, selon la préfecture.

"Il n'y a plus de menace directe sur les habitations, sur les biens et les personnes et c'est un motif de soulagement", indique le préfet des Pyrénées-Orientales, Étienne Stoskopf, mercredi sur France Bleu Roussillon. Même si le feu "est moins dangereux qu'il ne l'a été mardi soir", il "reste actif", poursuit le préfet. "Il faut continuer à le combattre, sur son flanc sud, la partie qui sépare Rivesaltes et Opoul", précise Étienne Stoskopf.

Selon lui, il y a "des coupures d'électricité, des difficultés d'alimentation en eau potable, mais il n'y a pas de situation inquiétante". Les services compétents sont à l'œuvre pour résoudre les problèmes existants. Une cellule de crise est en place.

Des routes départementales sont encore fermées, la RD5 et la RD9 qui mènent à Opoul. Le préfet appelle les riverains à ne pas se rendre dans le secteur "pour leur sécurité et pour l'efficacité" des interventions des pompiers. Pour Étienne Stoskopf "il est trop tôt pour dire" si l'incendie est d'origine criminelle ou non, mais il constate qu'il y a eu huit départs de feu dans le département "alors qu'on n'était pas dans une situation de risque extrême". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.