Une usine Seveso seuil haut "mise à l'arrêt" dans l'agglomération de Rouen

L'usine a été touchée par une perte d'alimentation électrique, qui serait due à l'échauffement d'une cellule du poste électrique principal.

La zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), où l\'usine Borealis a été mise à l\'arrêt mardi 1er octobre 2019.
La zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), où l'usine Borealis a été mise à l'arrêt mardi 1er octobre 2019. (GOOGLE MAPS)

L'incident intervient cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen. Une usine chimique, classée Seveso seuil haut à Grand-Quevilly, dans la banlieue rouennaise, a été "mise à l'arrêt" depuis 7h45, annonce la préfecture de Seine-Maritime, précisant qu'il n'y a pas d'incendie.

"L'usine Borealis (production d'engrais) (...) a déclenché son POI (plan d'organisation interne) à la suite d'une perte d'alimentation électrique qui nécessite sa mise à l'arrêt pour mise en sécurité de l'installation", précisent les autorités. Selon les premières constatations, "cette perte d'alimentation électrique serait due à l'échauffement d'une cellule du poste électrique principal", ajoute la préfecture.

Situé à environ 4 km au sud-est de l'usine Lubrizol, le site de Borealis occupe une superficie d'environ 50 hectares. L'usine "produit des fertilisants pour l'agriculture ainsi que des solutions pour réduire les émissions polluantes des industries et des transports routiers". De plus, "le site produit des intermédiaires industriels utilisés dans la chaîne de production des engrais azotés et également dans d'autres industries (métallurgique, agroalimentaire, etc.)", d'après le site internet de l'entreprise.