Rouen : un pompier décrit l'enfer de l'incendie de l'usine Lubrizol

Un pompier qui a participé, jeudi 26 septembre, à l'extinction de l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol, à Rouen (Seine-Maritime), s'interroge sur les risques qu'on lui a fait prendre.

FRANCE 2

Un pompier, qui souhaite garder l'anonymat, n'avait jamais affronté un incendie de celui de l'ampleur de l'usine de produits chimiques Lubrizol, qui s'est déclenché jeudi 26 septembre à Rouen (Seine-Maritime). Quand il quitte la caserne au milieu de la nuit, il n'a que très peu d'informations. "Très rapidement lors du transit on se rend compte que ça va être une intervention hors normes", relate-t-il. Le pompier parle d'un panache de fumée gigantesque, de flammes de 20 mètres.

Un mélange d'eau et d'hydrocarbure qui dégage une odeur pestilentielle

Le témoin fait partie des premiers à approcher le brasier au plus près, avec pour seule protection respiratoire, selon lui, un masque en papier. Tout autour de lui des explosions se produisent. Faute de moyens pour contenir l'incendie, ordre est donné de se replier. Après une nuit de lutte, le feu est finalement éteint. Les premières questions commencent à émerger quand les pompiers marchent dans un mélange d'eau et d'hydrocarbure qui dégage une odeur pestilentielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les pompiers lors de leur intervention sur l\'incendie de l\'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019.
Les pompiers lors de leur intervention sur l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019. (YACINE MOUFADDAL / SDIS / AFP)